Archive | Stéréotypes et préjugés : généralités RSS feed for this section

Stéréotypes et préjugés : généralités

3 Mai
Publicités

Des petits beurs et des navets?

9 Mar

En dépit des concepts novateurs, et même si les saveurs exotiques épicent nos vies, il reste des bouches difficiles à qui les ingrédients étrangers restent en travers de la gorge. Au menu : stéréotypes en papillotes et falafels de préjugés.

Une professeure de l’Athénée de Saint-Georges confiait récemment qu’au début de l’année, voyant arriver une jeune fille aux cheveux rouges, aux multiples piercings et fausses menottes à la ceinture, elle s’était dit : « Celle-là, ça va être un cas ! ». Et bien au contraire, cette jeune fille, toujours assise au premier banc est une très bonne élève.

Les gens ont tendance à juger trop facilement les autres sur leur apparence vestimentaire ou physique mais également sur leur couleur de peau, leur origine ou leur religion. Ils se laissent berner par des stéréotypes et influencer par des préjugés. Entrainant des dérives qui peuvent se révéler mortelles.

En Belgique, par exemple, la jeune baby-sitter malienne, Oulematou Niangadou, a été assassinée alors qu’elle promenait l’enfant dont elle avait la garde, uniquement parce qu’elle était étrangère. De même, il y a quelques jours, aux États-Unis, on a déjoué un attentat des néo-nazis qui voulaient assassiner Barack Obama pour sa couleur de peau.

Récemment, au journal télévisé, des Américains étaient interviewés sur Barack Obama. Pour certains Sudistes, il ne conviendra pas comme président car un Noir n’a pas assez de capacités.

Des caricatures désobligeantes sont propagées concernant ce candidat à la Maison Blanche ; notamment en relation avec son éducation par un beau-père musulman. Ses détracteurs ont vite fait l’amalgame: musulman–intégriste–terroriste.

Le plus bel exemple de préjugé religieux est sans conteste le nazisme et sa haine envers les Juifs. Ceux-ci étaient caricaturés et leur description physique était stéréotypée.

D’autres stéréotypes bien plus surprenants nuisent encore aujourd’hui aux relations pacifistes et harmonieuses entre les hommes. Ainsi, le groupe de RAP français, Ministère Amer, dans sa chanson intitulée Flirt avec le meurtre propage des propos racistes envers les hommes blancs qu’il traite de « face de craie ». De même Fab, dans L’impertinent, compare les blancs à des navets.

Sans réinventer notre petite cuisine de vies, pourquoi ne pas jouer les Jamie Oliver des genres ? Et ne plus avoir peur d’associer les contrastes. Nos vies n’en seront assurément que plus intéressantes…


Sources:

Hakima DARMOUCH, «Les élections et les Américains», dans le J.T. de RTL, diffusé le 29 octobre 2008 à 20 heures, www.lesoir.be.


Article réalisé en novembre 2008 par Céline Paulus dans le cadre du projet Jeunes-journalistes.net

Attention aux stéréotypes à l’école!

9 Mar

De nos jours, les préjugés et les stéréotypes sont très présents dans notre société … Que ce soit à l’école ou au travail, beaucoup de personnes jugent les autres à travers leurs préjugés sans se soucier du mal qu’ils peuvent faire à ces personnes.

Les stéréotypes sont nombreux et touchent tout le monde. D’après le site Internet « Préjugés & Stéréotypes », les enfants de six ans usent déjà de stéréotypes pour former des groupes de jeux : les enfants ne joueraient donc pas avec d’autres enfants envers qui ils ont des préjugés.

Comme le dit Julie de Pardailhan sur le site www.contredits.com en se basant sur le rapport annuel de la HALDE (haute autorité de lutte contre les discriminations), la plupart des stéréotypes sont inculqués à l’école dans les manuels scolaires. « Les femmes ne sont guère qu’à la cuisine, au ménage, aux soins maternels ; les Noirs, toujours pauvres, souffrent de maladies ; les « seniors », de décrépitude ; quant aux handicapés, et aux homosexuels, pas de trace, même en instruction civique ». Ce rapport propose l’extension de l’enseignement de la prévention contre les discriminations à toutes les classes du secondaire.

Depuis deux ans, Souad Belhaddad et Isabelle Wekstein parcourent les écoles françaises pour dénoncer les discriminations. Elles commencent toujours par poser ces questions : « Qui est la Juive ? Qui est l’Arabe ? Qui est l’avocate ? Qui est la journaliste ? Qui est Souad ? Qui est Isabelle ? À quoi le voyez-vous ?». Après les avoir posées, elles laissent pleuvoir les réponses. Leur but est de rappeler que le racisme et les injures antisémites ne sont pas des opinions. Mais bien des infractions.

Les enfants, dès leur plus jeune âge, usent de préjugés. Or, ceux-ci sont entre autre inculqués à l’école à travers des manuels scolaires.


Sources :

«Illustrations au quotidien», sur le site Internet www.prejuges-stereotypes.net, consulté le 29 octobre 2008.

«Halde aux stéréotypes inculqués à l’école!», sur le site Internet http://www.contredits.com/, consulté le 23 octobre 2008.

A.L., « Les manuels scolaires évoluent, mais les stéréotypes demeurent », paru dans le « 20 Minutes » du 06/11/2008.

Nizet Adrienne, « Juive ou Arabe ? », paru dans le « Swarado » du 22/04/2008.

«Juifs et Arabes de France, un combat commun», sur le site Internet http://www.lefigaro.fr/, consulté le 23 novembre 2008.


Article réalisé en novembre 2008 par Kévin Georis dans le cadre du projet Jeunes-journalistes.net

Si tu es de telle nation, je te considère de telle façon !

9 Mar

Dans le monde entier, depuis bien longtemps, il arrive que l’on donne des préjugés, souvent négatifs, à tous les membres d’une même société. Ce sont des stéréotypes nationaux généralement générés par des « on dit que les …  sont des … »

Qu’est-ce qu’un stéréotype ?

Les stéréotypes sont des traits ou des comportements que l’on donne à chaque membre d’un groupe sans exceptions. Ils sont un peu comme des préjugés. Ce sont des clichés…

Des stéréotypes à l’infini

On peut imaginer des milliers de différents stéréotypes : de nation, de couleur, d’handicap, de façon de parler, etc.
En voici deux exemples : les auto-stéréotypes et les stéréotypes nationaux, le sujet dont cet article parle.

Un auto-stéréotype est une image que l’on a de soi-même. Par exemple, un français qui pense qu’il est intelligent. Les stéréotypes nationaux diffèrent d’un pays à l’autre. Ceux-ci mettent tous les citoyens d’un même pays dans un même sac et leur donnent les mêmes adjectifs.

Comment expliquer la provenance des stéréotypes nationaux ?

Il arrive souvent que l’on remarque à plusieurs reprises un même fait chez un peuple ou une nation quelconque. Le cerveau fait alors un lien et rassemble toutes ces mêmes personnes dans une catégorie. C’est alors que l’on créée un stéréotype. Si l’on dit que les Africains sont sportifs, c’est parce que la plupart ont tendance à pratiquer un sport. Si l’on prétend que les Français sont bon cuisiniers, c’est peut-être car on les voit souvent dans des émissions de cuisine.


Sources:

http://fr.wikipedia.org/wiki/St%C3%A9r%C3%A9otype

http://www.scribd.com/doc/5596160/Activite-Stereotypes

http://www.bladi.net/forum/61333-st-r-otypes-nationaux-mis-nu/


Article réalisé en mars 2009 par Jeremy Russo dans le cadre du projet Jeunes-journalistes.net.

« Je ne suis pas raciste, mais… »

9 Mar

C’est ce que l’on entend parfois dans le train, au bistrot,… On parle de préjugés racistes quand on rejette une personne étrangère ou différente sans la connaître, que ce soit en ayant simplement une idée fausse sur elle, en la méprisant ou en l’agressant verbalement.


« Les Noirs ne sont que des profiteurs », « les Arabes sont agressifs », … Beaucoup de gens jugent une personne sans connaître sa véritable identité.

D’où proviennent ces préjugés ?

Ces jugements hâtifs et souvent infondés sont généralement basés sur l’avis de l’entourage d’une personne. Ils peuvent naitre de différentes manières. D’abord, l’éducation joue un grand rôle dans la façon de penser des enfants. Si les parents font preuve de racisme devant eux, il y a de fortes chances que ces enfants  prennent exemple sur les « modèles » que sont, pour eux, leurs parents. Les politiciens peuvent aussi influencer les pensées. En effet, certains partis politiques défendent des idées racistes, essayant de convaincre la population du « danger » que représentent, selon eux, les étrangers. Dans certains pays, les dictateurs déforment les informations communiquées par la presse pour ainsi changer l’opinion de la population. Ce fut le cas sous l’occupation de la France par les Allemands, lorsque Radio Paris (qui collaborait avec les nazis) diffusait de fausses informations sur les Juifs pour inciter les gens à dénoncer leurs voisins. Enfin, l’expérience personnelle est à prendre en compte.

Qui est le véritable étranger ?

Les préjugés envers les étrangers ne sont pas rares. Mais qui sont, au juste, ces étrangers ? Chacun est étranger à l’autre. Faire connaissance avec cet autre, essayer de le comprendre, avant de le juger : tout cela peut permettre de casser les rumeurs, même si celles-ci reposent parfois sur des éléments de vérité.


Sources:

BEN JELLOUN Tahar, « Le racisme expliqué à ma fille », janvier 1998.

VINCENT Béatrice, « Ils l’ont dit à la télé… », France, mars 2004, p. n°14.
DUTHEIL Florence et FELLNER Henri, « Le petit livre pour dire non à l’intolérance et au racisme », septembre 1998, p. 20 à 30.

http://www.jeunesjournalistes-belgique.net/ consulté le 9 février 2009

http://www.jeunesjournalistes-belgique.net/ consulté le 9 février 2009


Article réalisé en mars 2009 par Louise Lamotte et Delphine Bierlaire dans le cadre du projet Jeunes-journalistes.net.