Archive | Les préjugés de genre RSS feed for this section

Les préjugés de genre

3 Mai

« Les femmes ne savent pas conduire! »

10 Mar

« Femmes au volant, mort au tournant! ». La plupart des hommes pensent toujours que les femmes conduisent moins bien qu’eux en raison de leur distraction permanente lorsqu’elles sont au volant. Et pourtant, plusieurs études ont prouvé, encore récemment, que les femmes sont plus prudentes que les hommes. Ces études sont renforcées par les statistiques qui montrent que les hommes ont 78% de risques de plus de se tuer en voiture, que les femmes.

Anne Cornez, infirmière à domicile depuis 25 ans, a accepté de s’exprimer à ce sujet.

Anne Cornez, comment réagissez-vous face aux préjugés négatifs à l’égard des femmes qui conduisent ?

Ils ont totalement tort. La conduite ne dépend ni du sexe, ni du niveau de l’intelligence de la personne. On est toutes capables de conduire aussi bien qu’eux. Néanmoins, si les hommes étaient capable de faire les courses, conduire les enfants à l’école, pour leurs activités, et j’en passe, alors je donnerais mon accord pour un retrait de mon permis! (Rires). De plus, en cas d’urgence, la voiture est un moyen de locomotion indispensable pour tous.

Pensez-vous qu’il serait normal de vous retirer le permis ?

Personnellement, après tant d’années de métier, on ne peut mettre en doute ma conduite. En effet, la route n’a plus de secret pour moi. Vu le nombre de kilomètres parcourus par an, j’ai eu peu d’accidents et sans grands dégâts, juste des accrochages.

Pourquoi, d’après vous, les hommes pensent-ils conduire mieux que les femmes?

Pour eux, une voiture est un engin « viril » qui exige attention et réflexion. Ils pensent donc que nous sommes extrêmement distraites au volant.

En tant que femme, êtes-vous de cet avis ?

Non. Contrairement à l’homme, je pense que la femme est plus prudente. En effet, une majorité des hommes conduisent pour épater la galerie. Ceux-ci ne regardent que devant eux et non pas aux alentours, ce qui est d’autant plus dangereux. En plus, la vitesse est davantage le fait des hommes que des femmes. Après tout, les hommes n’ont qu’à bien se tenir!

Pensez-vous qu’un jour, ces préjugés cesseront enfin?

Pas vraiment. Car c’est dans la mentalité des hommes de penser que la femme est un être inférieur.


Sources :

CORNEZ ANNE, infirmière à domicile, interview réalisée le 2 novembre 2008.

« Idée reçue n° 3 : Les femmes ne savent pas conduire », paru sur internet www.linternaute.com par « Le journal des femmes », Consulté le 1 novembre 2008.

« Femmes au volant » paru sur internet : http://www.zetudiants.net/Femmes-au-volant.html. Consulté le 1novembre 2008.

Femmes au volant : halte aux clichés !, paru sur internet http://www.empruntis.com, Consulté le 1 novembre 2008.


Article réalisé en novembre 2008 par Kimberley Originario dans le cadre du projet Jeunes-journalistes.net

Hommes à la raclette, femmes en mobylettes?

10 Mar

Hélène RYCKMANS, sociologue spécialisée sur le genre, travaille au sein d’une ONG (Organisation Non Gouvernementale) nommée « Le monde selon les femmes ». Dans cet article, elle éclaire le sujet des stéréotypes sur les femmes.

Quels stéréotypes connaissez-vous sur les femmes dans la société ?

Une femme ne sait pas lire une carte, les femmes pleurent et pas les hommes, les femmes ne sont pas prêtes à diriger, elles conduisent mal,… Ces stéréotypes sont renforcés par des proverbes, des adages tels que : «Femme au volant mort au tournant».

Ceux-ci ont-ils un fondement réel ?

Il ne faut pas généraliser : ne pas se dire que si on a eu un problème avec une femme qui conduisait mal alors toutes les femmes conduisent mal… On va trouver leur fondement dans une différence biologique comme le fait que le métier de camionneur est fait pour une personne aux gros bras. On va également en trouver dans les neurosciences, dans le fonctionnement de leur cerveau. On va aller chercher des explications dans les hormones.
On va se rendre compte que ce sont des construits sociaux, c’est-à-dire que c’est culturel, et que les fondements biologiques ne sont pas pertinents.

Y a-t-il plus de stéréotypes sur les femmes que sur les hommes, et si oui pourquoi ?

Il y a beaucoup plus de stéréotypes sur les femmes que sur les hommes parce que ce sont les hommes qui ont le pouvoir. On est dans une société patriarcale. Donc on va critiquer davantage les plus faibles.

Êtes-vous pour les hommes au fourneau et les femmes au boulot ?

Je ne suis pas pour renverser les rôles. Je pense que chacun doit pouvoir faire ce qu’il a envie de faire et ce pour quoi il est le plus doué ou le mieux formé. Cependant, les stéréotypes peuvent influencer les formations que reçoivent les hommes ou les femmes. On peut influencer une femme à ne s’occuper que de la maison en lui apprenant uniquement (ou essentiellement) à cuisiner ou à s’occuper des enfants.
A la maison, l’homme doit aussi prendre sa part de travail ménager et la femme doit avoir accès à l’éducation et à un travail. Je pense qu’une femme qui n’a pas accès à un travail est dépendante financièrement et va alors accepter beaucoup trop de choses…


Sources:

Hélène Ryckmans, sociologue au « monde selon les femmes », interview réalisée le 11 février 2009.


Article réalisé en mars 2009 par Claire den Hollander et Isabelle Lemaire dans le cadre du projet Jeunes-journalistes.net.

Les hommes, moins démonstratifs que les femmes?

10 Mar

Le stéréotype : les hommes sont moins démonstratifs que les femmes est connu de tous. Par curiosité, l’affirmation est-elle exacte ? Pour le savoir, quelques questions ont été posées à des femmes et des hommes de la quarantaine. Voilà ce qu’ils disent…

La plupart des femmes de la quarantaine qui ont été interrogées trouvent que lorsque leur conjoint est entouré d’amis, leur fierté prend le dessus sur leurs sentiments. Elles affirment également que les hommes s’expriment moins qu’elles. Mais notifient par contre, qu’il ne faut pas en faire une généralité et qu’il existe des exceptions. Les hommes, eux ont répondu qu’ils exprimaient autant leurs sentiments que les femmes. Les femmes aimeraient que leur compagnon leur prête plus d’attention et affiche ses sentiments sans aucune honte. Elles voudraient également qu’ils les rassurent et qu’ils fassent preuve de plus de compréhension. La majorité des femmes préfèreraient les petites attentions, comme un petit mot doux sur la table le matin ou, un simple « je t’aime». Mais certains hommes trouvent cela niais et préfèrent les sentiments physiques. Les hommes, eux parlent de fierté.

En général, les femmes se trouvent plus démonstratives que les hommes. Elles aimeraient plus d’attention de la part de leur conjoint et qu’il range sa fierté. Cependant des femmes disent que tous les hommes ne sont pas de cette catégorie et qu’ils sont aussi démonstratifs qu’elles.


Sources:

Sondage réalisé auprès de 5 personnes en février 2009 : WILMART Marie, dentiste,THYS Robert, mécanicien, CLAES Jacqueline, responsable du service du personnel, JONAS Daniel, menuisier et LEROY Nicole, pensionnée.

http://c-c.joueb.com/news/les-femmes-aiment consulté le  jeudi 12 mai 2005.


Article réalisé en mars 2009 par Jonas Sabrina et Rome Manon dans le cadre du projet Jeunes-journalistes.net.

Homme et femme, vraiment différents?

10 Mar

Le sexisme est une attitude discriminatoire envers un sexe, le plus souvent à l’égard des femmes. Avant, la femme était vue comme le sexe faible. Maintenant les choses ont changé. Mais, encore aujourd’hui dans la société, une fille doit toujours se donner du mal pour prouver sa valeur. Mais quelles sont les vraies différences entre homme et femme ?

Le sexe faible

Dans la plupart des sociétés, les femmes ont longtemps été considérées comme le sexe faible. Écartée de l’instruction, mariée très jeune et sans son consentement, une fille passait de l’autorité de son père à celle de son mari. Elle devait remplir son rôle  « naturel » de mère au foyer, en laissant aux hommes le soin des affaires publiques.

Le début du féminisme

À partir du XIXème  siècle, se sont développés des mouvements de femmes qui réclament l’égalité. En Grande-Bretagne, elles commencent à revendiquer le droit de vote, qu’elles obtiennent à grand peine en 1928. À la fin des années 60, le mouvement féministe se structure et obtient des droits essentiels : droit de travailler, droit d’ouvrir un compte sans l’autorisation du mari, égalité dans l’autorité parentale, égalité des salaires à qualification égale, droit à la contraception.

Et aujourd’hui ?

Reste qu’aucune loi ne peut changer des habitudes anciennes du jour au lendemain. Même si les hommes participent davantage aux tâches ménagères, certains clichés restent. Des campagnes se produisent régulièrement contre ces stéréotypes. Car cela reste présent, notamment dans les médias, par exemple dans la publicité et dans les films. Aussi un certain nombre de professions sont exclusivement réservées à un sexe. Par exemple, l’infirmière ou la femme de ménage sont des métiers essentiellement constitués de femmes, et au contraire, les métiers d’interventions, qui sont plus physiques, tels que les pompiers ou la police sont principalement occupés par des hommes.

Manifestation de femmes

Aujourd’hui, des campagnes sont régulièrement mises en place pour que les femmes soient sur un même pied d’égalité que les hommes, et des évènements comme la journée de la femme sont organisés. Des associations sont  créées pour que les femmes puissent se réunir entre elles. Elles continuent encore à se battre pour l’égalité des sexes.

Ainsi, aujourd’hui, les mentalités ont évolué. Mais dans le quotidien, on peut encore trouver les différences entre l’homme et la femme malgré les changements. Cela doit il encore changer, ou est-ce normal ?


Sources :

ROUYER, Dominique Alice, « le Dico des Filles », 2005,  Edition France Loisirs, pp. 366-367.

SCHARITZKY, Patrick, « Les pièges de la discrimination », 2006, l’Archipel, pp. 49-57.

« Sexisme » paru sur le site Internet http://www.wikipedia.org, consulté le 9 février 2009, http://fr.wikipedia.org/wiki/sexisme .


Article réalisé en mars 2009 par Zinia Scorier dans le cadre du projet Jeunes-journalistes.net.