Archive | Les préjugés basés sur l’orientation sexuelle RSS feed for this section

Les préjugés basés sur l’orientation sexuelle

3 Mai
Publicités

Quand l’amour rime avec différence…

21 Mar

L’amour entre deux personnes du même sexe est souvent mal vu de nos jours. Pour éclairer notre lanterne, Agathe et Marie nous livrent leurs pensées.

Peur du regard, crainte des autres ?

Ce sont deux jeunes femmes. Visiblement, elles s’aiment d’un amour profond et sincère. Rien ni personne ne pourra contrer cette unique alchimie entre elles. Mais malgré cette fabuleuse union, elles n’osent pas vraiment s’afficher en public. « J’ai souvent peur du regard des autres, surtout dans la rue. D’ailleurs, on ne se tient jamais la main lorsque nous nous baladons en ville. On ne reçoit donc pas beaucoup de remarques vu que peu de personnes le savent » nous confie Agathe.

Est-il normal de ne pouvoir s’exprimer ? L’amour ne devrait pas être une chose contrôlable. Lorsque l’on aime quelqu’un, on ne le choisit pas vraiment.

« Nous sommes très heureuses comme cela. »

L’amour entre deux personnes du même sexe est injustement l’objet de réprobations, comme si c’était un handicap, une anomalie, une tare.  « Notre amour touche souvent les personnes âgées. Elles trouvent cela malsain, voire inhumain » s’exclame Marie. Pour beaucoup de personnes, l’homosexualité est le résultat d’un problème d’évolution affective et psychologique. Mais il n’en va pas de même pour nos deux amies. « Nous sommes amoureuses. On ne se sent pas du tout homosexuelle et on essaye de le faire comprendre aux personnes qui nous entourent. Nous sommes très heureuses comme cela ».

Même s’ils font partie de notre héritage culturel, les préjugés vont souvent bon train lorsque l’on rencontre une fille quelque peu masculine ou bien, un garçon quelque peu féminin. Dans la majorité des cas, ces personnes sont vite qualifiées d’homosexuelles. C’est une façon pour toutes ces personnes étrangères de classifier les gens. « Tous ces stéréotypes et préjugés ne sont là que pour mettre un nom sur une peur. Ainsi, les gens n’ont plus à penser et figent immédiatement les personnes et leurs personnalités dans des cases. Ces stéréotypes ne servent qu’à être détruis » nous dit Marie avec ferveur.

« L’homosexualité est perçue comme une chose choquante. »

L’union entre deux personnes identiques d’un point de vue anatomique est souvent vue comme une marque de liberté. «L’homosexualité est perçue de nos jours, comme une chose extravagante, choquante, allant à l’encontre des normes » intervient Marie. Nos deux comparses ajoutent que ce sont généralement les homosexuels qui se mettent eux-mêmes dans des catégories. « On se sent souvent figées dans des cases. Et en particulier par les homosexuels voulant être reconnus comme différents. Cela peut se constater avec des évènements tels que la ‘Gay Pride’ ou encore, avec les concours spécialement organisés pour les homosexuels. Peut-être que s’ils étaient plus simples, il y aurait moins de différences » Pour ces deux filles, l’homosexualité n’existe pas vraiment. « A partir du moment où l’on aime une personne, on passe au-dessus de son identité sexuelle » conclut  Agathe.

« Ces stéréotypes ne servent qu’à être détruits. »

L’amour n’est pas une chose qui se décide. Les préjugés et stéréotypes sur l’amour ne sont là que pour conforter certaines personnes. L’amour est sans doute l’un des plus beaux sentiments que l’être puisse éprouver. Pourquoi donc l’enfermer dans des cases ? Pourquoi ne pas le laisser voleter comme bon lui semble ? L’amour n’est vrai que lorsqu’il n’est pas commandé. Il n’est sincère que lorsque cette voix intérieure nous guide, un bandeau sur les yeux.


Sources :

http://www.préjugés-stéréotypes.net

Claudine Ducaté, « Terre de femmes », France, 1997, p.29

Marc Oraison, « La question homosexuelle », France, 1975, p.9-10

Image : Photo prise par Thomas Devarrewaere, tous droits réservés.

Interview faite le 29 octobre, en présence et avec l’accord de Marie et Agathe.


Article réalisé en novembre 2008 par Thomas Devarrewaere dans le cadre du projet Jeunes-journalistes.net

Une homosexualité difficile à annoncer…

21 Mar

Ce mardi 28 octobre à 16H30, nous avons rencontré Bernard (nom d’emprunt).  Bernard est un jeune homosexuel de 24 ans. Il vit en couple depuis 2 ans. Grand, d’apparence assez sûr de lui, habillé normalement, les cheveux gominés, se souciant de son apparence comme n’importe qui pourrait le faire. Sa barbe est rasée de près, il porte un pull et un jeans ample. Ni son style vestimentaire ni sa façon d’être ne peuvent laisser croire que Bernard est homosexuel.

Un peu tendu lors des premières minutes de l’interview, Bernard confie ensuite qu’il n’aime pas être interrogé sur son orientation sexuelle car l’homosexualité est toujours un tabou. Avant son coming-out, la seule personne dans la confidence était sa meilleure amie. Il attendait le bon moment pour confier sa véritable orientation sexuelle à ses proches car il savait que cette nouvelle allait changer sa vie. Par contre, au niveau professionnel, il semble que le regard des ses collègues de travail est resté le même lors de son coming-out, même si aucune personne de son entourage ne se doutait qu’il était homosexuel.

Bernard a longtemps hésité avant de nous accorder sa confiance mais il l’a fait pour témoigner que l’homosexualité ne doit plus être taboue à l’heure actuelle. Les homosexuels vivent dans l’angoisse lorsqu’il s’agit d’affronter courageusement son entourage et annoncer officiellement son orientation sexuelle.


Article réalisé en novembre 2008 par Adrien Stagnitto et Gianni Catuara dans le cadre du projet Jeunes-journalistes.net

Allons ! Soyons gay !

21 Mar

Les homosexuels sont tous beaux, sont tous « gay », gentils. Les homos ce sont tous des hommes soient trop virils ou trop efféminés, les Grecs sont homos, ils sont plus sentimentals, plus doux que les hétéros. Les homos « sautent sur tout ce qui bouge », Les homosexuels sont tous des pédophiles, ils apportent le SIDA. Il existe de nombreux préjugés sur la communauté homosexuelles masculine, tous plus cruels et dévastateurs les uns les autres.

Il  n’existe aucune étude statistique précise concernant la proportion d’homosexuels au niveau mondial mais certains avancent une estimation d’environ 2% d’homosexuels dans le monde. Soit 130 millions de personnes. Pourtant, chaque année, chaque jour, ces gens doivent faire face aux injures, aux mépris, aux violences, que se soit en Europe, en Asie, en Amérique, en Russie, en Afrique face à des individus qui ont peur de voir des gens de même sexe s’aimer tout simplement.

Mais pourquoi les gens ont-ils peurs des homosexuels ?

Dans les pays comme l’Afghanistan, l’Arabie saoudite, l’Iran,  le nord du Nigeria, la Mauritanie, le Soudan et le Yémen, par exemple, les homosexuels sont condamnés à la peine de mort.

Dans la tradition judéo-chrétienne, la création de l’homme repose sur l’idée que Dieu a posé sur Terre un homme et une femme avec pour mission de se reproduire. Avec 2 hommes ou 2 femmes ensemble,  cette mission divine ne pourrait pas s’accomplir. Certains parents ne souhaitent pas voir leurs enfants devenir homosexuels de peur de ne jamais connaître le bonheur d’avoir des petits enfants, même dans certains pays les homosexuels ont aujourd’hui droit au mariage et à l’adoption.

Comment vivre une vie lorsque l’on se sent exclu ?

Les personnes souffrant de ces préjugés et de cette discrimination courent une variété de risques, notamment sur le plan social. Victimes de violences, d’oppressions, de blâme, de rejets entrainant parfois la dévalorisation et, pire, conduire au suicide. D’un point de vue psychologique, souffrance émotive, manque d’estime de soi, manque de contrôle, culpabilisation, perte d’espoir pour l’avenir, méfiance manque de confiance envers les autres sont le lot des plus fragiles.

Les associations ou les organismes dont la mission est d’aider à aborder le sujet de l’homosexualité défendent l’idée que ce qui pourrait aider ces personnes serait de recevoir une promotion, s’affirmer, ne pas avoir honte de ces choix.

Evoluons avec notre univers, laissons ces gens vivre leur vie, vivre leur choix… Délogeons ces injures, ces regards mal placés que nous pouvons leur octroyer. Car on ne s’est jamais vraiment demandé pourquoi un homme doit-il aimer une femme ? Acceptons qu’un homme puisse aimer un homme et une femme aimer une femme. Les homosexuels ont toujours existé. Ce qui semble nous déranger aujourd’hui, c’est qu’ils estiment avoir le droit d’exprimer leur amour autant que les hétéros.


Sources :

http://forum.doctissimo.fr

http://fr.wikipedia.org

http://cg-lyon.eclair.ec-lyon.fr

http://www.jeunessejecoute.ca

http://fr.answers.yahoo.com


Article réalisé en novembre 2008 par Malika Vanhoolandt dans le cadre du projet Jeunes-journalistes.net

Homosexuels, qui sont-ils?

10 Mar

La plupart des homosexuels sont mal jugés sous prétexte qu’ils sont attirés par des personnes de même sexe. Beaucoup de gens les prennent pour des monstres et les critiquent.

Tous ces préjugés sont-ils vrais ? Non bien sûr ! Maude, une jeune fille homosexuelle, témoigne pour nous.

Votre famille est elle au courant de votre orientation sexuelle?

J’ai mis ma famille au courant un mois après que j’étais avec une fille. Je pleurais et j’avais envie d’en parler. Je l’ai alors dit a ma maman. Elle a beaucoup pleuré, et un jour a mit mon père au courant ainsi que mon frère. Le reste de ma famille l’a su peu à peu, mais il reste encore certaines personnes qui n’en savent rien.

Que ressent-elle à votre égard?

Ma mère voudrait que je devienne nonne! (rires) Elle prétend vouloir mon bonheur et fait la maman sympa qui accepte la situation, mais elle ne l’accepte pas. Mon frère éprouve un sentiment de dégoût a mon égard et mon père à dit « tu es ma fille et tu le restera, quoi qu’il en advienne ». Tout ça n’est pas très glorieux mais je suis comme je suis et j’assume totalement. Quant au reste de ma famille, ils ne voient pas de mal a cela, ils disent que c’est la « nouvelle génération ». Totalement absurde, mais le principe est qu’il ne me juge pas.

Que pensent-on en général de l’homosexualité ?

On définit l’homosexualité comme étant 2 personnes de même sexe ayant une attirance l’une envers l’autre. Certains hétéro disent que le fait d’être homo est un choix et qu’il n’y a rien de mal à ça.

Les homophobes disent de nous, que nous sommes des monstres. De nombreuses personnes seraient choquées de croiser un couple homosexuel dans la rue, d’autre aimeraient ça ou n’en penseraient rien.

La provocation est un manque de respect. Qu’on soit hétéro ou homosexuel, certaines choses ne se font pas en public. Il y’a certaine personnes qui cherchent elles même à être jugées et se faire remarquées.

Certaines personnes prétendent que le fait d’être homosexuel est une mode. Qu’en pensez-vous ?

Je ne c’est pas trop quoi en penser … Je dirais que non, ce n’est pas une mode, personnellement le fait que je préfère une fille à un garçon n’est pas un prétexte pour être à la mode ou encore que l’on s’intéresse à moi. J’ai simplement des sentiments et des attirances envers les personnes du même sexe que moi.

En revanche, il est vrai que certaines personnes se disent homosexuelles car elles embrassent une personne de leur sexe. Ceux-là veulent qu’on les regarde, ils veulent se rendre intéressants, attirer l’attention des gens.


Sources :

Capetta Maude, personne interviewée, interview réalisée le 3 novembre 2008.

° Article « bisexuels » parut sur le site internet http://jad-2.skyrock.com/24.html


Article réalisé en novembre 2008 par Sara Bruno dans le cadre du projet Jeunes-journalistes.net