Archive | Télévision RSS feed for this section

Télévision

3 Déc

Quand l’obésité guette les amateurs du petit écran

20 Oct

Plus on regarde la télévision à l’adolescence, plus on risque de souffrir d’obésité à l’âge adulte. Un problème de plus en plus fréquent.

Non seulement la télévision augmente le risque de surpoids, mais elle a aussi des conséquences fâcheuses sur le tour de taille. Et il semble de plus en plus évident que l’embonpoint et l’obésité chez les enfants sont liés au nombre d’heures qu’ils passent devant le téléviseur. Cela aurait plus d’impact que le régime alimentaire ou l’activité physique.

Une étude britannique sur le surpoids des jeunes, publiée dans la revue European journal of clinical nutrition, observe que plus les jeunes passent du temps devant leur écran de télévision, plus leur indice de masse corporelle (IMC) est élevé. L’IMC mesure le rapport entre la taille et le poids : un indice de 25 ou plus indique un surpoids et un indice de 30 ou plus indique l’obésité.

L’étude souligne également  que ces dernières années l’offre de nouvelles chaînes a littéralement explosé avec l’arrivée du câble et de la télévision satellite. Sans compter l’avènement de la vidéo, du DVD, et des jeux vidéo. Aussi, les auteurs craignent que l’épidémie d’obésité infantile s’accentue si les parents ne limitent pas les heures que les enfants passent devant la télé.

Il y a deux origines majeures à l’obésité que la télévision regroupe : le grignotage et le manque d’activité. Le siège dans lequel les enfants sont installés devant la télévision est ample et confortable afin de permettre une station de contemplation de l’écran pendant deux heures au moins. La télé occupe le temps et les empêchent de pratiquer des activités physiques ou des activités plus intellectuelles et culturelles. Elle entraîne la suralimentation et donc les problèmes de santé dans le futur.


Sources :

http://www.killuminati.fr/wp-content/uploads/2011/08/obese-television.jpg

http://www.plurielles.fr/santeune-forme/obesite-guette-grands-amateurs-television-3559333-402.html

http://lentreprise.lexpress.fr/idees-de-business/lutter-contre-l-obesite-devant-la-television_11090.html


Article rédigé par Avanilde Lenaerts

La téléréalité tue

27 Avr

L’audience des téléréalités est en augmentation surtout face à des choses choquante. Mais jusqu’où la téléréalité va-t-elle aller? N’aura-t-elle pas de limite pour augmenter son audience?

Que devient la téléréalité?

N’est-elle pas de plus en plus osée? Donc de moins en moins sans gêne… Mais jusqu’où est-elle prête à aller? C’est simple, elle est prête à tout pour faire de l’audience! Il y a quelques années, une fausse téléréalité a été mise en place pour observer le comportement des téléspectateurs, dans le cadre d’un vote pour décider qui va mourir ou vivre. Cela ne les a nullement gêner de voter. Imaginez un instant que des millions de gens auraient eu sur la conscience la mort de quelqu’un.

Qu’est-ce qui nous pousse à regarder les téléréalités actuelles?

Le voyeurisme et pour nous rassurer de voir des personnes ordinaires avec une vie proche de la nôtre. Tout le monde a les mêmes problèmes: l’amour, l’argent, … De plus, vu qu’on suit leur quotidien, on les connaît, on a l’impression d’avoir pour un temps des amis, qu’on peut ou pas zapper au gré de nos envies, ce qui ne marche pas avec les vrais. N’est-ce pas super? Actuellement, les téléréalités enferment des personnes choisies par un jury pour les suivre au quotidien.

Comment faire partie d’une téléréalité?

Il semble que c’est assez simple, il faut être exhibitionniste. Car il n’y a pas de secret là dedans, on étale votre vie privée, votre vie sexuelle à des millions de personnes. Ils ne faut pas être pudique, c’est simple, ceux qui le sont, sont tout simplement rejetés. Et après? Ça continue car des caméras, il y en a partout dans votre chambre, dans les douches, on peut donc vous voir faire l’amour. D’ailleurs, c’est ce que les téléspectateurs adorent, les choses qui choquent, qui bouleversent!

Ne faut-il pas les arrêter?

Ce qui pousse les téléspectateurs à regarder la téléréalité est le voyeurisme et le fait de se rassurer au niveau de sa vie, qu’elle n’est pas si banale que ça au final. Mais de l’autre côté de l’écran, ceux qui sont filmés doivent être exhibitionnistes, ceux qui ne le sont pas, sont simplement rejetés. Par exemple, dans l’île de la tentation, deux personnes qui font l’amour dans la piscine.


Sources :

1)   Serge Beaucher, la télé-réalité: Vérité? Mensonge?, http://www.scom.ulaval.ca/contact/hiver04/telerealite.html
2)   Téléréalité, http://fr.wikipedia.org/wiki/T%C3%A9l%C3%A9r%C3%A9alit%C3%A9
3)   Le cour de psychologie de Mme Blanjean


Article réalisé en mars 2011 par Laetitia Pety dans le cadre du projet Jeunes-journalistes.net.

La publicité à la télévision: Meilleur impact?

6 Avr

Qui n’en a jamais eu marre de la publicité qui coupe nos émissions? Les directeurs marketings feront tout pour nous vendre leurs produits… Mais, comment font-ils?

Qu’est-ce que la publicité?

Tout d’abord, toutes publicités devraient informer le consommateur sur le produit.  Mais elle est surtout utilisée pour faire vendre un produit. C’est le  vendeur qui décide de faire de la publicité ou non.

Est-ce une manipulation?

Pour que la publicité reste une information et avec l’espoir de servir le consommateur, la publicité est contrôlée et examinée par des avocats. La publicité insidieuse qui pousse à acheter sans que le consommateur en soit conscient est interdite.  Par exemple, il est interdit d’hypnotiser le consommateur. De nos jour, il n’y a qu’une  seule catégorie qui n’est pas contrôlée: les films publicitaires pour les candidats aux élections. Malheureusement, celles-ci sont parfois malhonnêtes.

Les manières de vendre:

Les publicisistes utilisent souvent l’humour pour faire passer leur message. Dans certains films publicitaires, il y a des comparaisons entre deux produits.  Mais la démonstration doit rester très facile pour que le client puisse la refaire simplement chez lui. Aujourd’hui, la publicité à la télévision coûte très chère et les petites entreprises n’osent pas toujours s’y lancer.

Et pas seulement à la télévision:

Et enfin, la publicité utlise tous les médias, la TV mais aussi les journaux et les radios. “Le dimanche, le “New York Times” contient souvent 350 pages de publicités, et certaines stations de radio consacrent 40 minutes par heure à des spots publicitaires.”nous dit Ogilvy.

En 2006, les Wallons ont regardé en moyenne, quatre heures de télé par jour.

En conclusion, ne pensez pas que la publicité est une manipulation. Cependant, la publicité permet l’existence des médias indépendants. Alors comment ferons-nous sans elle?


Sources :

OGILVY David, “La publicité selon Ogilvy”, Paris, 1983, p.137, 158, 206, 207, 208, 209.

SPIESS Dominique, “100 ans d’histoire à travers la publicité”, Paris, 1987, p. 32.

“2006, A propos de l’influence de la publicité commerciale dans l’audiovisuel”, paru sur le site internet www.csa.be,  Belgique, consulté le 20 mars 2011, http://www.respire-asbl.be/A-propos-de-l-influence-de-la .


Illustration :

http://bxl.attac.be/spip/spip.php?article63, Consulté le 20 mars 2011


Article réalisé en avrils 2011 par Raucent Blanche dans le cadre du projet Jeunes-journalistes.net.

L’audience donne le tempo à la publicité

6 Avr

Image : 123rf.com

Pour chaque émission diffusée sur le petit écran, l’audience est suivie avec le plus grand intérêt par les chaines de télévision. Le résultat de cette mesure influencera l’heure de programmation, la survie de l’émission et la négociation des contrats publicitaires.

En Belgique, l’audience est mesurée par le CIM (Centre d’Information sur les Médias) qui est une association sans but lucratif qui regroupe les médias, les annonceurs et les agences publicitaires.

L’audience télé, appelée audience en direct (« Live ») représente le nombre de personnes touchées par un programme et s’exprime en % ou en millier. Il est mesuré au moyen d’un audimètre, appareil électronique distribué à un panel représentatif de la population (1500 ménages dont 750 au Nord du pays et 750 au Sud). Depuis le 08 janvier 2011, le calcul réalisé par le CIM tient compte également de la diffusion en différé ( « Time Shifted Viewing ») qui intègre la nouvelle tendance observée chez les consommateurs, à savoir l’utilisation de décodeurs numériques permettant de regarder un programme en différé.

Les chaines de télévision continuent de recevoir les chiffres des audiences directes, le lendemain des diffusions mais un correctif est apporté une semaine plus tard, tenant compte des personnes ayant regardé le programme en différé.

Les annonceurs surveillent attentivement les chiffres d’audience d’une émission car plus le nombre de téléspectateurs présents devant une émission est grand, plus la cible potentielle est grande et dès lors le spot publicitaire se négocie plus cher. La quantité n’est pas la seule information que recherche l’annonceur. Il est aussi extrêmement important que les publicités regardées soient mémorisées.

L’utilisation du seul paramètre « audience », même amélioré par l’intégration du facteur « différé » est donc nettement insuffisant et une approche qualitative tenant compte de l’environnement (contexte de programmation) dans lequel les écrans publicitaires et les spots sont insérés, est indispensable.


Sources :

« La publicité et son efficacité » paru sur le site internet www.efficacitepublicite.free.fr, France, consulté le 20 mars 2011, www.efficacitepublicite.free.fr/la%20mesure%20audience.

GUILLAUME Fanny, « La face cachée des audiences télé », paru dans « Vers l’avenir », Belgique, 09 mars 2011 « Centre d’Information sur les Medias « paru sur le site internet http://www.cim.be, Belgique, consulté le 20 mars 2011, www.cim.be/fr/glossary.


Article réalisé en avril 2011 par Hélène Willekens dans le cadre du projet Jeunes-journalistes.net.