Archive | Les médias: divers RSS feed for this section

Les médias: divers

2 Déc
Publicités

La culture du Japon à travers les manga

14 Sep

Depuis leurs premières apparitions en Europe en 1970, les mangas n’ont cessé de fasciner petits et grands. Ce phénomène florissant ne cesse de compter chaque année de plus en plus d’adeptes! Sa diffusion dans les médias n’a fait qu’accroître sa réputation.

Les débuts du manga en Europe

Le succès actuel des mangas en livre est dû en grande partie à ses adaptations animées à la télévision. Le tout premier manga « Akira » apparu en  France en 1990. Le suivit  3 ans après,  le célèbre « Dragon Ball z », qui fut un des plus vendus au monde avec 17 millions d’exemplaires en France. Les autres suivirent assez facilement. Le manga arriva en France sous forme de dessin animé, dans les années 70. Comme il manquait à l’époque des programmes pour occuper les chaines de télévision, certaines chaines décidèrent de diffuser des dessins animés tels que « Goldorak », « Candy », « Albator »et « Capitaine flam’ » Les chaines privées comme tf1ou  canal + suivirent dans les années 80 et participeront donc  à l’accroissement de ces dessins animés japonais.

Pourquoi les personnages de manga ont-ils de gros yeux?

C’est au célèbre mangaka Tezuka que nous devons les gros yeux des personnages de manga. Etant jeune celui-ci était littéralement tombé sous le charme des grands yeux de blanche neige de « Disney », ils les trouvaient tellement expressifs qu’il s’en inspira pour la création de ses propres personnages. La technique plu tellement qu’elle fut reprise par ses successeurs.

Du livre à l’animé

Un manga sort en animé, lorsqu’il remporte un certain succès auprès des lecteurs. Les plus populaires dépassent parfois les 200 épisodes de 26 minutes. Certains mangas ont même été adaptés en long métrage comme « Akira Otomo », « Ghost in the shell », ou plus récemment « Avatar  le dernier maitre de l’air » sorti sur grand écran.

Si les mangas se sont fait connaitre par la télé grâce aux dessins animés, cela est encore de vigueur aujourd’hui mais pourtant une grande partie des lecteurs actuels sont des adolescents qui n’ont pas connu le club Dorothée, la cinquième ou récré a2.

Mais alors d’où vient ce succès?

 Certain dessin animé jugé trop violent vont provoquer la fin des émissions dans lesquelles on passait beaucoup de dessins animés japonais. Les personnes intéressées vont donc aller retrouver les mangas sous forme de papier.

Des valeurs exemplaires

L’amitié le courage l’obstination et respect de l’autre sont mis en avant dans les mangas d’enfants et d’adolescents.

Pour les enfants? Pas seulement!

Il existe plusieurs catégories de manga comme le kodomo pour les enfants, les shojo pour les filles, les shonens pour les garçons ainsi que les josei et seinen pour les adultes. C’est ainsi que les fans de manga des années 80 se sont dirigés vers des mangas plus adulte.

Des sous-catégories sont également au rendez-vous pour un public cible encore plus précis.

Un succès qui ne cesse de s’accroître!

Il y a eu une forte augmentation de la vente de manga entre 2000 et 2005 de plus de 150 % !! Ce qui représente 40 % des ventes de bandes dessinées en France, 15 millions d’exemplaires se sont vendus en 2008 ce qui fait 95 millions d’euros de vente

Un phénomène de plus en plus médiatisé

De nos jours, la plupart des magasins ont fait une place au manga dans leur rayon. De grands mangas ont été adaptés en jeux vidéo comme le très célèbre ‘dragon ball Z’ ou ‘naruto’ ou bien encore ‘one piece’.

De nombreux salons spécialisés pour la promotion des mangas ont vus le jour. Par exemple, « Paris manga » qui est une exposition de différents jeux se passant deux fois par an, porte de Versailles à Paris. Dédicaces avec des stars japonaises, espaces karaoké et cosplay au programme… En Belgique, « la japan expo » vient de faire son apparition. C’est une exposition avec plein de petits stands qui vendent des objets se rapportant aux mangas comme des petites clefs qui viennent du manga « Fairy tail »… « La japan addict » est aussi un salon connu pour les amateurs de mangas. Beaucoup de gens fan de manga s’y retrouvent pour partager leur passion à travers des cosplay différents et plusieurs autres animations.

Les mangas sont tellement devenus populaires en Europe qu’une école spécialisée pour former des dessinateurs de manga (mangaka) a vu le jour en France : « l’Eurasiam ». Cette école apprend la culture et l’apprentissage du dessin de manga. Cependant, elle ne prend que très peu d’élèves sur toutes les demandes effectués environs 20/400.

En conclusion

Impossible de passer outre de ce phénomène  qui est partout! On le retrouve sous toutes ces formes dans nos magasins (jeux, DVD, livres, posters, vêtements etc), dans nos salons (émissions, chaînes spécialisées dans la diffusion de manga), dans des salons consacrés à la culture Japonaise et même dans l’enseignement!


Sources :


Article réalisé en décembre 2011 par Angélique BRICLET dans le cadre du projet Jeunes-journalistes.net.

Pourquoi les journalistes ne parlent-ils pas de la vie privée des hommes politiques ?

19 Mai

Les journalistes savaient tous que DSK frôlait souvent le harcèlement avec les femmes. Pourquoi n’ont-ils rien dit ? Faute de preuves ou véto de ne pas divulguer des informations concernant les politiciens ou les hommes de pouvoir ?

Pourquoi attendent-ils qu’il y ait un gros buzz dans la vie d’un homme politique avant d’étaler tout ce qu’ils savaient ? Pourquoi cachent-ils toutes les informations ? Sont-ils corrompus ?

On connait tous l’influence des médias sur la population, pourquoi n’ont-ils pas joué sur ce point. Pourquoi attendent-ils qu’il y ait des effets graves avant de lancer tout ce qu’ils savaient ?

On se rappelle tous du printemps arabe. Les journalistes savaient aussi ce qui se passait dans ces pays. Pourquoi n’ont-ils rien dit et fait, la question se pose. Existe-t-il vraiment des journalistes qui peuvent brader ce véto et aller au-delà des limites pour informer la population, car c’est leur rôle et ils doivent le suivre. Soit il y a une règle formelle ou chaque grand média doit définir ses lois.

Faut pas attendre comme cette affaire de DSK pour commencer à blâmer sa vie, en sachant auparavant qu’il était ainsi. Comme l’avait stipulé Jean Quatremer, le correspondant de Libération à Bruxelles sur le point faible de DSK avec les femmes, « Trop pressant […], il frôle souvent le harcèlement », écrivait-il. Et la suite lui a donné raison.


Sources :


Article réalisé en décembre 2011 par Augustin KOUAME dans le cadre du projet Jeunes-journalistes.net.

« Le pull over rouge » Gilles Perrault

26 Avr

Livre « le pull over rouge » de Gilles Perrault à l’édition livre de poche, ouvrage littéraire qui sera suivit du film quelques années plus tard.

Ce livre rassemble tous les éléments de l’enquête du mis à mort Ranucci en France, l’auteur nous transmet le doute de la culpabilité de l’exécuté.

Livre parut en 1978, l’auteur émet un doute sur la culpabilité de l’accusé en rassemblant les preuves et témoins trouvés et au contraire ceux qui n’ont pas été indiqué dans le dossier. Gilles Perrault est l’auteur du « Pull over rouge » cet homme a été avocat durant 5 ans et est ensuite devenu journaliste. « Le pull over rouge » n’est pas son seul ouvrage. Ce livre traite du meurtre de la petite Marie-Dolorès Rambla, 8 ans, habitant Marseille et retrouvée morte pas très loin d’une autoroute entre Marseille et Nice. Le livre retrace toute l’enquête ainsi que le procès. L’auteur émet la possibilité que Christian Ranucci soit innocent en parlant des témoins en faveur de son innocence qui n’apparaissent pas dans le dossier de l’instruction, de l’opinion publique qui influence énormément le jugement des gens puisque qu’il y a un climat de haine à Marseille et des journalistes qui ne respectent pas la présomption d’innocence et qui oublie dès l’arrestation de Ranucci que la police détient le coupable. Gilles Perrault est français et l’histoire qu’il raconte s’est également déroulée en France.

Cette œuvre a participé à l’abolition de la peine de mort, elle a servi également à réhabiliter Ranucci qui a été mis à mort sans réussir à convaincre la France de son innocence.


Sources:

« Wikipédia, Gilles Perrault, http://fr.wikipedia.org/wiki/Gilles_Perrault » consulté le 20 mars 2011

« Google, Gilles Perrault, http://www.bibliomonde.com/auteur/gilles- perrault-34.html »

« Wikipédia, le pull over rouge, http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Pull-over_rouge »

« Google, le pull over rouge par Gilles Perrault, http://www.bibliomonde.com/livre/pull-over-rouge–2635.html »

PERRAULT Gilles, « le pull over rouge », 1994, livre de poche.


Article réalisé en mars 2011 par Estelle Paradis et Clémence Defays dans le cadre du projet Jeunes-journalistes.net.

Les médias et l’anorexie

26 Avr

Isabelle Caro, pub de Oliviero Toscani, 2007

L’idéal féminin étalé dans les médias est celui d’une silhouette dont la maigreur ne frappe même plus. Les mannequins très minces, maigres, représentent LE modèle parfait à atteindre pour des millions de femmes, les anorexiques et les autres. Le culte de la minceur n’est pas d’ordre esthétique. C’est le signe de la femme active, qui sait se dominer.

L’image que véhicule la société occidentale est responsable, en partie, de l’augmentation du nombre de cas d’anorexie depuis les années 90. En effet, aujourd’hui plus d’1% des adolescents entre 12 et 18 ans sont atteints de cette maladie en France. Les plus touchées sont les femmes, 90% des anorexiques sont des femmes, contre seulement 10% pour les hommes.

L’anorexie est un trouble du comportement alimentaire, qui survient principalement chez les adolescents de 12 à 20 Ans. C’est un refus volontaire de se nourrir au risque de menacer sa vie.

Les médias sont une des principales causes de l’anorexie, mais ils permettent aussi de lutter afin de réduire son effectif. On voit bien l’ambiguïté des médias qui tout en luttant contre cette maladie et jouant un rôle dissuasif, l’influencent.

Les pouvoirs tentent tant bien que mal de contrer ce fléau mais les mises en place de lois restent minimes dans l’Europe. Seulement trois pays ont créés des règlements: l’Espagne, La France et l’Angleterre.

L’image que véhiculent les magasins est souvent contradictoire avec la réalité. Les mannequins sur les photos sont touchés et retouchés pour à la fin ressembler à des créatures de rêves minces et magnifiques.

A force de montrer ce genre d’image, via les magazines,… Les femmes sont poussées à faire des régimes. Mais les presses écrites sont les meilleurs moyens pour faire passer des informations, souvent ce sont des témoignages,… mais aussi des images chocs, le photographe Oliviero Toscani, a décidé d’utiliser la publicité afin de lutter contre l’anorexie, en prenant en photos l’anorexique Isabella Caro. (Décédée le 17 novembre 2010) et qui a écrit un bouquin sur son combat.

L’influence d’internet face à l’anorexie

Les jeunes sont les premières victimes de fléau. Ne sachant qui ils sont, ils ont besoin d’identification. Ils prennent alors des mannequins aux mensurations parfaites. Ils rejoignent alors des groupes sur internet, des groupes qui se nomment « pro ana ». Ces sites sont dangereux car les créateurs/créatrices s’affichent fièrement avec leur 45kg pour 1m70, ou donnent des astuces pour perdre du poids. 30 à 40 000 personnes sont touchées par l’anorexie en appelant cette maladie « un mode de vie »

De plus, il existe aussi des sites sous forme de jeux, qui s’attaquent aux plus jeunes, comme « ma bimbo ». Au début de ce jeu, il leur est donné une « bimbo » avec sa corpulence et l’idéal à ne pas dépasser ainsi les internautes doivent surveiller le poids, s’il est trop élevé, il faut lui donner des médicaments et sport à volonté. Les jeunes filles sont plongées dans le culte de la minceur dès un âge où elles ne devraient pas y prêter trop d’attention.

Par ailleurs, Internet participe activement à la lutte en faveur de l’anorexie. Les sites d’aides aux jeunes en détresse devant l’impact et les conséquences de la maladie. C’est le cas de l’association ABA (Association Boulimie Anorexie). Depuis 1992, cette association de bénévoles et de professionnels aide les personnes atteintes d’anorexie ainsi que leur famille, cela leur apporte un soutien et quelqu’un pour les comprendre. Le fait de créer un site sur une association permet la possibilité d’accès à qui le souhaite.

Ainsi, Internet joue un double rôle, à la fois cela peut divulguer des informations poussant au phénomène de l’anorexie mais aussi ce média permet de lutter avec des sites d’associations.

La responsabilité de la télévision

De nos jours, la télévision est très regardée par les adolescents qui retiennent toutes sortent de publicités, à force de rester des heures devant. C’est pour cela que c’est un média qui permet de faire passer des messages, seulement ces derniers ne sont pas forcément bons à retenir.

En effet, il existe de plus en plus de publicités sur des aliments permettant de mincir ou de ne pas prendre du poids, comme les produits Spécial K qui assurent une silhouette mince avec un régime à base de céréales. Seulement cette image peut avoir une influence négative sur les adolescents qui retiennent ces informations et cela peut les pousser à l’anorexie. A force de montrer des corps sans défaut, dans les films, séries télé, cela provoque chez l’adolescent des envies de ressembler a ces acteurs souvent retouchés et ayant beaucoup de factice en eux.

Cependant, ce média est intéressant car il permet de montrer des campagnes publicitaires provoquant un choc qui peut alors faire changer les mentalités. En Angleterre, une association à diffuser un spot montrant une jeune fille ronde se regarder dans la glace, puis l’on voit enfin que cette jeune fille se voit grosse alors qu’il ne lui reste plus que la peau sur les os. En diffusant des reportages sur la vie de personnes anorexiques, le public jeune ou moins jeune peut alors prendre conscience de l’impact de cette maladie.

Tout comme la presse écrite et Internet, la télévision est ambiguë car elle permet la lutte contre l’anorexie, mais aussi une image positive de la minceur.

Que font les pouvoirs pour contrer ce fléau?

Certains gouvernements Européens ont imposés des lois, des mesures afin de réduire le nombre de personnes anorexiques qui sont souvent confrontées a la mort.

En France, des mesures ont été prises afin de punir les personnes incitant, d’une quelconque manière, à l’anorexie. En effet, rappelons que 30 à 40 000 personnes sont touchées par l’anorexie, c’est pour cela que l’UMP a proposé une loi.

Mais encore, en Espagne, la région de Madrid a pris une directive régionale en se basant sur un critère sanitaire de l’OMS (Organisme Mondial de la Santé) afin de faire interdire les mannequins trop maigres sur les défilés. Le gouvernement espagnol a fixé une limite d’IMC pour les mannequins, en dessous de 18, les modèles ne pourront pas défilés. Si l’Espagne est un précurseur en matière de lutte contre l’anorexie, c’est parce que le pays reconnaît presque 100 000 femmes qui souffrent de cette maladie. La bataille de l’Espagne contre l’anorexie n’est pas prête de s’arrêter.

C’est à la suite de la limitation de l’IMC des mannequins en Espagne, que la France a décidé d’interdire la publication de photos d’anorexiques.


Source :

– Tasanté.com, consulté le 23 mars 2011, http://www.tasante.com/recherche/?q=anorexie
– CARO Isabelle, « la petite fille qui ne voulait pas   grossir », France, 2008
– Gérard APFELDORFER, psychologue


Article réalisé en mars 2011 par Florence Drapier et Lola Stoffels  dans le cadre du projet Jeunes-journalistes.net.