Archive | Pesticides / OGM RSS feed for this section

Pesticides / OGM

15 Mai
Voici la liste des articles rédigés durant l’année scolaire 2011-2012 par des jeunes venant de plusieurs écoles. Ils ont tous un lien avec le sous-thème “Pesticides / OGM” du thème “Agriculture”.
Publicités

OGM : danger ou révolution?

15 Mai

Les OGM sont de plus en plus utilisés sur le marché mais sait-on les effets négatifs et les effets positifs de ceux-ci ? Leur histoire ? C’est à découvrir dans cet article …

Les OGM sont des Organismes Génétiquement Modifiés , le 1er est apparut en 1973 au Canada. Ils sont généralement créés pour résister à une maladie , un désherbant ou juste pour « améliorer » les OGM .

Stanley Cohen et Helbert Boyer ont réalisé la première modification génétique en insérant un gène d’amphibien dans une bactérie. Pour fabriquer cette mutation, ils ont pris le gène qui les intéressait dans l’ADN de l’amphibien et ils ont mis ce gène dans l’ADN de la bactérie.

Les OGM ont aussi été fabriqués pour développer les arômes de nos fruits et légumes, pour mieux les conserver, pour qu’ils aient plus de vitamines, moins de calories ou qu’ils soient plus sucrés. On les crée également pour des raisons de santé : l’enrichissement au bêta carotène, au fer, aux acides gras spécifiques, et la réduction des toxines.

Les OGM ont des avantages mais aussi des effets négatifs : ils sont allergisants car ils sont inconnus à l’organisme qui le reçoit , ils sont toxiques à cause de l’insecticide naturel que produit la plante et sont dangereux pour le foie, les reins et le cerveau. Ils peuvent résister aux antibiotiques car on a changé leur ADN, ils peuvent provoquer des maladies auto-immunes car ils pourraient traverser la barrière digestive tel qu’un virus.

« Les OGM , laissez-moi me marrer. Les mecs qui y travaillent engloutissent des budgets phénoménaux pour croiser le chou et le radis.  A l’arrivée : une plante nouvelle, avec les racines du chou et les feuilles du radis. » dit Jean Gouyé ( ancien journaliste à l’ORTF ).

Les recherches pour les OGM coûtent mais est-ce qu’ils en valent la peine ? Trop de risques pour la nature et pour l’homme ? Vont-ils sauver ou enfoncer l’humanité ?


Sources :


Article réalisé en avril 2012 par Dina Ruelle, de l’Athénée Royal Paul Delvaux Lauzelle, dans le cadre du projet Jeunes-journalistes.net.

Les pesticides, sans solution ?

10 Mai

C’est prouvé, les pesticides sont mauvais pour la nature et ne sont pas meilleurs pour notre santé. Ils seraient même un véritable problème pour la santé publique, qu’il s’agisse de celle des utilisateurs ou des consommateurs. Quels qu’ils soient, les pesticides augmentent les risques de développer de nombreuses maladies telles que des malformations congénitales, des cancers, des problèmes d’infertilité et même des problèmes neurologiques.

Les pesticides sont  tout aussi mauvais pour la nature, à cause de l’infiltration et du ruissellement. On a constaté qu’une grande partie de ses produits chimiques se retrouvait effectivement dans des plans d’eau. Aujourd’hui, ils contamineraient toutes les eaux continentales. Il faut aussi dire qu’une grande partie de ces produits est également rejetée dans la nature volontairement ou par accident.

Mais est-il  vraiment possible de faire quelque chose face aux pesticides ? Certes ils sont mauvais, néanmoins certaines personnes  pensent que des solutions de substitutions seraient envisageables comme trouver des pesticides moins nocifs et/ou interdire les plus dangereux, employer des cultures de substitutions ou encore utiliser des variétés plus résistantes.

Toutes ces solutions seraient peut-être meilleures pour la santé et  l’environnement. Cependant, il a été constaté qu’elles seraient nettement moins efficaces. Cela dit, les pesticides qui sont développés de nos jours seraient de moins en moins nuisibles.

Au final, il semblerait que tous ses produits chimiques soient néfastes aussi bien pour notre santé que pour le monde qui nous entoure.

Bien sûr beaucoup de solutions existent, toutefois serait-il réellement possible de les appliquer ?


Sources :


Article réalisé en avril 2012 par Nathan Denaside l’Athénée Royal Paul Delvaux (Lauzelle), dans le cadre du projet Jeunes-journalistes.net.

Pesticides, solutions ou destructions ?

7 Mai

Les pesticides protègent nos productions de certains parasites qui ravagent nos cultures. Mais les pesticides entraînent beaucoup d’effets néfastes comme la toxicité pour certains êtres vivants, les divers problèmes de santé et la pollution. Beaucoup d’alternatives sont proposés car la population augmente et il faut s’assurer de nourrir tout le monde.

Les pesticides servent à éloigner les insectes et à éviter aux plantes d’être attaquées par des champignons et des mauvaises herbes. Le problème c’est qu’ils sont aussi toxiques pour les abeilles. Rachel Corson dans son livre Silent spring déclare que « Les pesticides menacent des espèces en tout genres, des micro-organismes aux mammifères, à divers niveaux de l’écosystème, en milieu terrestres, aquatiques et marins ».

Les pesticides polluent aussi l’air, le sol et l’eau. La présence des pesticides dans nos cours d’eau est déjà significative. Les risques sur la santé sont encore assez peu connus mais des études montrent que les pesticides augmentent le risque d’enfants autistes, de cancers et la perte de fertilité. Enfin, avec une utilisation fréquente, on accélère l’apparition de maladies résistantes aux traitements.

Pour les agriculteurs, plusieurs méthodes sont disponibles contre les maladies des cultures (méthode chimique, culturale, génétique et biologique). Le 20éme siècle a connu une hausse de la lutte chimique avec l’utilisation massive des pesticides.

Les pesticides sont utilisés surtout sur les grandes cultures mais c’est sur les produits maraichers que l’on en retrouve le plus. Il ne faut pas oublier les particuliers qui les utilisent pour leur jardin ou leur potager. C’est certainement les cas les plus les plus dangereux pour la santé.

Plusieurs mesurent sont disponibles pour réduire la consommation de pesticides. Il existe les mesures restrictives, c’est l’interdiction de vendre certains produits, d’épandre par les airs et de taxer les produits dangereux. La deuxième mesure vise à modifier la consommation des agriculteurs. La troisième mesure encourage la recherche pour développer les techniques alternatives aux pesticides.

Alors, les pesticides, bon ou mauvais ? Cette question demande du temps et de la réflexion pour que chacun trouve la solution adéquate à sa consommation.


Sources :

http://www.environnement.ens.fr/

http://www.mdrgf.org/

http://www.lafranceagricole.fr


Article réalisé en avril 2012 par Marion Balsauxde l’Athénée Royal Paul Delvaux (Lauzelle), dans le cadre du projet Jeunes-Journalistes.net