Archive | Le lait RSS feed for this section

Le Lait

15 Mai

Voici la liste des articles rédigés durant l’année scolaire 2011-2012 par des jeunes venant de plusieurs écoles. Ils ont tous un lien avec le sous-thème “Le Lait” du thème “Agriculture”.

Publicités

Pourquoi pleurer sur le lait répandu?

7 Mai

A Averdon, en 2009,  les producteurs de lait ont procédé l’épandage de 2 à 3 millions de litres de lait pour protester contre la chute des cours et la fin programmée des quotas laitiers.

Le problème principal pour les producteurs de lait c’est le prix auquel les clients l’achètent. Pascale représentant de l’Association Nationale des Producteurs de laits indépendants  s’était expliqué dans le journal Metro en septembre 2009 : « On le vend à 27 centimes le litre ,alors que le coût de revient est de 31,5 centimes, avant rémunération. »

Autrement dit les producteurs perdent de l’argent en travaillant. Si le prix du lait est si bas c’est parce que la production de lait est supérieure à la demande. Les producteurs laitiers se révoltent donc contre la baisse de 30 pour cent du prix du lait.

L’Europe a pourtant imposé des quotas aux producteurs, mais ceux-ci augmentent de 1 pour cent par an et en  2015 il est prévu qu’ils soient supprimés. Les producteurs réclament donc à l’union européenne une régulation des prix et une diminution de la production de lait.

Donc, en septembre 2009 une action avait été menée. Les producteurs ne vendaient plus leur lait, mais le répandaient sur le sol ou le donnaient gratuitement aux consommateurs. Cette attitude fut, pour beaucoup de personnes, intolérable et même choquante.


Sources :

20minutes.fr
L’Express
Wikipédia


Article réalisé en avril 2012 par Ian Devreesede l’Athénée Royal Paul Delvaux (Lauzelle), dans le cadre de Jeunes-Journalistes.net

Trois millions de litres de lait déversés dans des champs

7 Mai

Dans le sud de la Belgique, quelques 300 tracteurs ont déversés dans les champs 350 000 litres de lait, le mercredi16 septembre 2009. Trois millions de litres de lait correspondent à une journée de production laitière en Wallonie. Plus ou moins 40 000 producteurs ont suivi la grève du lait en Europe.

Un mouvement européen

D’après les organisateurs, ils étaient plus de 40 000 producteurs venant de huit pays différents à avoir participé à la grève du lait.

Pourquoi cette grève ?

Selon la fédération européenne des organisations agricoles, les producteurs de lait allaient perdre un total de 14 milliards d’euros en fin d’année si rien n’était fait pour surmonter la crise que les produits laitiers traversent depuis 2007. Cette crise s’est traduite par une grosse chute des prix d’achat du lait aux fermiers d’environ 33 centimes.

Pour les fermes plus anciennes où les exploitations plus grandes, les coûts de production du lait peuvent être inférieurs à 33 centimes. Cette moyenne comprend la nourriture des animaux et les soins pour ceux-ci mais pas le salaire de l’agriculteur.

Par contre, ce qui n’est pas le cas pour les jeunes agriculteurs qui viennent de s’installer. Un litre de lait que l‘agriculteur produit lui est acheté au prix de base de 20 centimes par les laiteries. En août 2009, le prix était de 18,5 centimes alors que mi-2007, le prix était de 40 centimes. Les laiteries ajoutent aux 20 centimes des primes en fonction de la qualité du lait, c’est-à-dire 1,5 centimes.

La grève a donc eu lieu car les agriculteurs ne récupéraient pas suffisamment de bénéfices sur la vente de leur lait. Ils perdaient tellement d’argent qu’ils se sont dit que vider des litres de lait dans les champs changerait peut-être les choses…


Sources :

« 350 litres de lait déversés dans les champs, 12 septembre 2009″, Belgique, http://rtl.be/info.belgique/societe/270631/350-000-litres-de-lait-deverss-dans-les-champs.

« Plusieurs millions de litres de lait déversés dans les champs« , 17 septembre, Belgique, http://www.20minutes.fr/monde/348237-Monde-Plusieurs-millions-de-litres-de-lait-deverses-dans-des-champs-php.

« Des millions de litres de lait déversés », s.d,  Belgique, http://lesoir.be 


Article réalisé en avril 2012 par Albane Van Rompaeyde l’Athénée Royal Paul Delvaux (Lauzelle), dans le cadre du projet Jeunes-Journalistes.net

Le lait est-il vache ?

7 Mai

Quel spectacle est plus touchant qu’un agneau qui tête sa mère ou qu’une maman qui allaite son enfant ? C’est la question que pose Nicolas Le Berre dans son livre « Le lait une sacrée vacherie ». On a toujours dit que le lait est excellent pour la santé, qu’on ne pouvait pas se passer du calcium qu’il contient, que tout le monde doit en boire. Mais aujourd’hui, il est accusé par certains de causer des maladies.

Où est la vérité ?

De nombreux livres accusent le lait d’être dangereux : « Le lait de vache c’est fait pour les veaux, pas pour les humains. D’ailleurs il provoque des maladies et même des cancers. » Des médecins soutiennent ces affirmations. Ils prétendent que le lait serait à l’origine de certains cancers, des otites, des rhumatismes et d’allergies comme l’exéma par exemple. Ils parlent aussi de la maladie d’Alzheimer ou de Parkinson, la liste est longue.

Le docteur Jean Seignalet est l’auteur de « l’Alimentation ou la troisième médecine ». Il dit dans son livre qu’il faudrait supprimer tous les laits animaux et tous leurs dérivés comme le beurre, le fromage, le yaourt … Il dit aussi que le lait serait responsable de toute une série de maladies mais aussi de cancers et de problème d’asthme et d’allergies. Le docteur Henri Joyeux qui est professeur de cancérologie à l’université de Montpellier a défendu les même idées dans son livre : « Changez d’alimentation ».

D’un autre côté, le professeur Patrice Fardellonne, qui est chef du service de rhumatologie à l’hôpital d’Angers, pensent que ces affirmations sont fausses. Pour lui, il est toujours possible de trouver une étude menée sur un faible nombre de personnes qui montrent un risque. Il pense que ce genre d’étude ne résiste pas une analyse sur un plus grand nombre de personnes.

En France, ces avis divergeant ont conduit le ministère de la santé  à mener sa propre étude pour analyser les risques réels. Un livre a été publié : « Alimentation, nutrition et cancer : vérités, hypothèses et fausses rumeurs ». On y lit : « Cette idée fausse véhiculée par quelques gourous pseudo scientifiques est particulièrement importante à battre en brèche, compte tenu du fait qu’elle peut amener certains consommateurs à abandonner la prise de sources majeures de calcium, nutriment essentiel intervenant, entre autres, dans la minéralisation osseuse. On ne peut en aucun cas mettre en accusation le lait et les produits laitiers en terme de risque de cancer. A l’inverse, on recommande de consommer trois produits laitiers par jour ! ».

Une dame âgée de 90 ans, se rappelle : « Dans le temps quand j’étais jeune, je vivais à la montagne en Italie et à cette époque tout le monde savait que le lait de vache n’était pas bon pour les humains. Quand une maman ne pouvait pas allaiter son bébé, on lui donnait du lait de chèvre mais jamais du lait de vache. Et aujourd’hui, si on a remplacé cela par du lait de vache c’est parce que les vaches produisent plus de lait que les chèvres et les producteurs font plus de bénéfices. »

Il ne faut donc peut-être pas faire de généralités, il y a ceux qui supportent le lait et ceux qui ne le supportent pas. Le docteur Nicolas Le Berre propose d’observer la nature et les animaux : aucun animal adulte ne boit de lait… Peut-être est-il temps de réfléchir à notre comportement par rapport au lait ?


Sources :

http://www.doctissimo.fr/html/nutrition/dossiers/lait/lait-dangers.htm

Livre : « Le lait, une sacrée vacherie ? », Docteur Nicolas LE BERRE, éd. Charles CORLET

Interview d’une dame de 90 ans.


Article réalisé en avril 2012 par Giulia Faticatide l’Athénée Royal Paul Delvaux (Lauzelle), dans le cadre du projet Jeunes-Journalistes.net