Archive | Avenir RSS feed for this section

Pourquoi la Turquie n’arrive pas à entrer dans l’Union Européenne ?

19 Mar

La Turquie se trouve à cheval entre deux continents avec 5% de terre en Europe et 95% en Asie. Sa capitale n’est pas en Europe. La Turquie veut rentrer dans l’UE, mais pourquoi l’Union refuse-t-elle ?

image2

Katarzina Cipilinska 3B

Au niveau économique et hydraulique, la Turquie est beaucoup plus développée et cela pourrait apporter des effets bénéfiques à l’Europe. La Turquie est le 6ème client et le 12ème fournisseur de l’UE depuis la fin des années 90.

Mais la Turquie ne respecte pas encore les critères pour entrer dans l’Union qui sont : la démocratie et les droits de l’homme.  Malgré que la Turquie est un pays laïque, environ 95% de la population est musulmane alors que l’Europe est traditionnellement chrétienne.  Elle est aussi un pays pauvre, et cela pourrait couter cher à l’Europe. Malgré tous ces inconvénients, il y’a déjà des améliorations. Depuis 2004, la peine de mort a été supprimée.

L’Union n’a toujours pas décidé de faire entrer la Turquie, car il lui manque beaucoup de critères. Même si la Turquie pourrait apporter des effets bénéfiques au niveau hydraulique et économique, cela ne suffit pas pour rentrer dans l’Union Européenne.


Sources:

http://blogs.crdp-limousin.fr/23-gueret-lycee-bourdan-ses/2010/02/13/la-turquie-doit-elle-rejoindre-l%E2%80%99union-europeenne/

-Science & Vie Junior 2010 : Article « Est-ce que la Turquie remplit les critères démocratiques pour intégrer l’Europe ? »

Image : http://www.flickr.com/photos/opendemocracy/875760625/


Article écrit en mars 2013 par Katarzina Cipilinska dans le cadre du projet Jeunes-journalistes.net.

Dans les coulisses de l’Union européenne, levons le rideau

19 Mar

« Il faut dans nos temps modernes, avoir l’esprit européen.  » Madame de Staël Mme de Staël : femme de lettres françaises, vivement opposée à Napoléon 1er. Elle passe sa vie en exil, elle a connu l’Allemagne, la Suisse et  encore d autre pays.

L’Union européenne, ce rassemblement de pays depuis 1958, œuvre à ce que l’entraide entre membres augmente dans le but d’éviter des conflits.

L’UE est au cœur de l’actualité. Doit-elle ouvrir ses frontières à de nouveaux pays ? Homogénéiser ses lois ? Les détroits sur l’Europe ne datent pas d’hier.

Naissance de l’Union Européenne, quand et pourquoi ?

L’Union européenne est un partenariat politique et économique contenant 27pays européens différents. La communauté économique européenne(CEE), a été crée en 1958 après la 2e guerre mondiale, à Strasbourg,  pour but de renforcer la coopération économique en sachant que les pays liés par des échanges commerciaux peuvent devenir économiquement interdépendants, et risque moins d’entrer en conflit. En 1958, la coopération économique est de plus en plus étroite entre 6  pays d’Europe : l’Allemagne, la Belgique, la France, l’Italie, le Luxembourg et les Pays-Bas.

Découverte des objectifs de l’Union européenne.

En 1993, la CEE a dû changé de nom pour devenir ensuite l’Union européenne (UE), pour marquer le changement qui avait lieu. Avant, c’était une union purement économique. Maintenant, ils opèrent sur différents domaines.

L’UE a élevé le niveau de vie des Européens en inventant une nouvelle monnaie s’appelant l’Euro. Comme l’UE est fondée sur l’état de droit, cela veut dire que toute action entreprise repose sur les traités européens, qui définissent les objectifs de l’UE.

Les droits sont réunis dans un même document qui est la charte des fondamentaux et ces droits sont : la dignité humaine, la liberté, la démocratie, légalité, l’état de droit et les droits humains.

Croissance de l’Union européenne.

Continuant à accueillir de nouveaux pays, l’UE cherche à rendre ses institutions plus transparentes et plus démocratiques afin que chaque pays soit légal de l’autre et qu’au final, on ne les distingue plus entre eux. Jusqu’où s’étendra à l’UE ?


Sources:

www.evene.fr

www.diplomatie.belgum.be

www.europarl.be


Article écrit en mars 2013 par Arthur Rutten dans le cadre du projet Jeunes-journalistes.net.

Pollution dans nos grandes villes Européennes : un ennemi invisible

14 Mar

 La pollution atmosphérique reste un problème majeur lié aux grandes villes européennes. Elle présente un risque réel pour notre santé et la population grandissante dans les principales villes industrialisées.

Aujourd’hui près d’un tiers de la population européenne est exposée à cette pollution. La population augmente ce qui provoque plus de pollution surtout au niveau des grandes villes. Ces sont de petite particules générées par les voitures ou les déchets provenant des usines qui sont dans l’air et qui sont considérées comme les plus dangereuse pour notre santé. Dans certains pays, les polluants atmosphériques demeurent supérieurs aux limites légales comme la France ou encore l’Allemagne.

Aujourd’hui encore, une majeure partie de la population européenne est exposé à cette pollution atmosphérique si bien que M. Janez Potocnik, membre de la Commission Européenne et chargé de l’environnement proposa que 2013 soit l’année de l’air. Il propose d’accorder la priorité au renforcement de notre législation relative à la qualité de l’air pour faire face aux problèmes mis en évidence aujourd’hui, de punir les gens qui jettent les déchets dans la nature en leur faisant payer une amande. Les usines qui sont trop polluante devront également payer des taxes supplémentaires.

La pollution est plus grande surtout à cause des grandes villes (Voitures, déchet…) et provoque de graves maladies respiratoire à cause de petites particules qui s’infiltrent dans notre système respiratoire


Sources:

http://www.eea.europa.eu/fr/themes/air

http://www.linternaute.com/actualite/monde/pollution-air-ville/

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2013/02/07/01016-20130207ARTFIG00705-pollution-l-europe-poursuit-la-france.php


Article écrit en mars 2013 par Elliot Vancutsem dans le cadre du projet Jeunes-journalistes.net.

Cameron joue sa propre partition dans la symphonie de l’Europe

13 Mar

5848117278_84a0febff8_z

Photo Guillaume Paumier cc by 2.0

Le 23 janvier 2013, le premier ministre anglais David Cameron a demandé  à ce que l’Union Européenne soit plus flexible économiquement… Si elle n’accepte pas, l’Angleterre fera un référendum pour savoir si oui ou non le Royaume-Uni reste dans l’Union Européenne.

David Cameron a demandé un changement dans l’UE, il la voudrait plus flexible, une Europe à deux vitesses. À deux vitesses ça signifie, la vitesse des pays en crise (Grèce, Espagne,…) et celle des pays sans vraie crise (Allemagne, Royaume-Uni,…) , Cameron ne veut plus être limité à la vitesse des pays en crise et de devoir en plus leur fournir de l’argent. Mais le risque de son projet, c’est que les pays moins touchés par la crise avancent à leur rythme tandis que les pays en crise iraient à-reculons.

David Cameron force l’avancée de son projet en menaçant d’organiser un référendum en 2017 pour savoir si les Royaumes-Unis restent dans l’UE. Il ne le fera que si il gagne les élections de 2015. Beaucoup de personnes suspectent que tout cela ne soit une mise en scène pour attirer les eurosceptiques afin de gagner les élections de 2015

Il faut quand même faire remarquer que l’Angleterre est un pays insulaire et a toujours été distante vis à vis de l’Europe. L’Angleterre n’a rejoint l’UE quand 1973 et n’a pas voulu l’euro comme monnaie officielle, il semble normal qu’elle propose un référendum pour quitter l’UE.

David Cameron fait donc «chanter» l’Europe par la menace d’une sortie de l’UE au moyen d’un «possible» référendum!


Sources:

Figaro: un référendum sur une sortie de l Europe

Métro : nous offrirons aux Britanniques un référendum

Le soir: Cameron et son Europe


Article écrit en mars 2013 par Wolodia Wischnevsky dans le cadre du projet Jeunes-journalistes.net.