Archive | Europe RSS feed for this section

L’euro dans tous ses Etats

19 Mar

La venue de l’euro a boulversé le monde et les prix. Toutefois tout les pays n’en font pas partie…

L’euro a été lancé le 1er janvier 2002. C’est la monnaie de l’union économique formé au sein de l’union européenne et la deuxième monnaie au monde pour le montant des transactions. Plus de 17 pays ont adoptés l’euro. Excepté les pays suivants : La Bulgarie , République Tchèque , Danemark , Lettonie , Lituanie , Hongrie , Pologne , Roumanie , Suède et les Royaume-Unis.

Toutes les pièces sont utilisables dans tous les Etats. Les billets quant à eux ont une maquette commune à toute la zone euro. Les ponts, les fenêtres et les portes symbolisent l’ouverture de l’Europe sur le reste du monde et les liens entre les peuples. Le choix du graphisme des billets est de la compétence de la banque centrale Européenne et les pièces de la compétence des Etats. Les personnages que l’on peut aperçevoir sur les billets sont les rois.

Toutefois les banques centrales des Etats de la zone euro ont continué d’accepter les billets et les pièces de leur ancienne monnaie pour encore plusieurs années.

Sans surprise, les prix dans les rayons ont augmenté, parfois fortement, notamment pour les produits de base. Les produits alimentaires auraient ainsi augmenté deux fois plus que ce qu’annonce l’ Insee. Des produits comme le café, l’huile ou encore la pâte à tartiner ont augmenté en moyenne de 20 % .


Sources:

http://fr.wikipedia.org/wiki/Zone_euro

http://www.presseurop.eu/fr/content/topic/772361-peur-sur-l-euro

http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/08/09/il-faut-identifier-les-deux-ennemis-de-l-euro-les-souverainistes-et-la-city_1744200_3232.html

 http://www.flickr.com/search/?q=Euro%20

Comment fonctionne l’Union européenne?, Luxembourg, 2007


Article écrit en mars 2013 par Bastien Renotte dans le cadre du projet Jeunes-journalistes.net.

Publicités

Savez-vous quelles sont les racines de l’UE?

19 Mar

Alors que la Croatie va se joindre à l’Union européenne, 1 personne sur 2 ne connaît pas l’origine de cette organisation supranationale. Pour le savoir, il faut revenir plus de 55 ans en arrière.

L’idée que «des états unis d’Europe» est née en 1953 de Winston Churchill, premier ministre anglais après la Deuxième Guerre mondiale qui a combattu en Inde, au Soudan,… C’est en 1958 qu’une petite partie des pays européens décide de créer officiellement en signant le traité de Rome la CEE, communauté économique européenne. Dans les pays membres, nous trouvons le Benelux, la France, l’Allemagne de l’Ouest et l’Italie.

Le but de ce comité était de s’échanger plus facilement des marchandises entre pays et de mises en commun de fond pour certains projets. Mais ce n’est pas tout! La CEE permettrait aussi, par le système d’alliance, d’empêcher une nouvelle invasion de l’Europe et donc peut être une nouvelle guerre mondiale.

Comme le système fonctionnait à merveille, plusieurs autres pays tels que le Danemark, la Grande-Bretagne, l’Irlande, l’Espagne, le Portugal et la Grèce demandent leurs participations à la communauté, qui sera acceptée.Les différentes réunions se passaient dans la plupart des cas: Soit à Strasbourg, soit à Luxembourg City, soit à Bruxelles.

Comment ça s’organise ce bazar? Comme dans la plupart des pays et même des villes, l’Europe a différentes institutions. La commission en fait partie. C’est un organisme représentant les différentes autres institutions ainsi que chaque pays membre. Elle décide par exemple si la commission part en guerre ou encore applique certaines lois. Il y a aussi le conseil des ministres, une assemblée parlementaire composée de représentants nationaux désignés par leurs parlements. Il y a une cour de justice, une cour des comptes et un conseil qui représente les différents gouvernements.

La CEE, ce n’est pas si compliqué que ça au final! 12 pays, qui ont pour but d’éviter une nouvelle guerre mondiale, qui se réunit en France, en Belgique et aux Luxembourg principalement, et qui fonctionnent comme un pays!Ève ayant participé à ce projet des années au paravent à gérer un débat.

C’est une aventure palpitante à ne rater sous aucun prétexte !


Sources:

CLERGERIE Jean-Louis, GRUBER Annie, RAMBAUD Patrick. L’union européenne.. Paris: Dalloz, 2012

http://www.hist-geo.com/cee.php

http://www.consilium.europa.eu/contacts/faq?lang=fr&faqid=79264

http://europa.eu/legislation_summaries/institutional_affairs/treaties/treaties_eec_fr.htm


Article écrit en mars 2013 par Thienpont Nicolas dans le cadre du projet Jeunes-journalistes.net.

Bruxelles, capitale de l’U.E

19 Mar

Une ville au centre de l’Union, accessible à tous, multiculturelle évidemment…

Il s’agit de Bruxelles.

Pourquoi ce choix ?

Avant de devenir LA capitale, Bruxelles a d’abord été le siège provisoire de l’économie européenne en 1958. C’est en 1993, juste après le compromis d’Édimbourg, que Bruxelles devint le chef lieu officiel de l’union. À cette époque l’Union européenne comptait 15 états membres. Le territoire européen s’étendait de la Finlande jusqu’à la Grèce en passant par le Royaume-Uni.

Bruxelles avait donc une position centrale et était facilement accessible. Le fait que la Belgique était un petit pays avec peu d’influence et que Bruxelles était une ville multiculturelle où la mixité sociale et linguistique était présente, pesait aussi dans la balance des « pour ». Toutes ces qualités faisaient d’elle une capitale idéale pour l’Europe.

Bien sûr, tout ça est encore valable aujourd’hui, pour preuve, malgré que l’union se soit fortement agrandie, Bruxelles est toujours capitale.

Les conséquences :

Le choix de Bruxelles, capitale de l’union a des conséquences sur notre petit pays. L’ arrivée de fonctionnaires européens ayant un bon salaire a fait augmenter les loyers de notre capitale.

Un autre inconvénient est que Bruxelles est associée aux décisions impopulaires prises par l’union ! Par contre, des emplois ont été créés (bâtiments, employés…) ce qui est un « plus » pour l’économie. Et le titre de capitale donne une image prestigieuse de la Belgique.

Bruxelles capitale pour toujours ?

Strasbourg qui accueille aussi le parlement et Luxembourg qui accueille la commission, possèdent-elles aussi les qualités requises pour devenir capitale de l’union européenne. Ces deux villes sont en concurrence permanente pour remporter le titre de capitale de l’Europe.

Mais pour le moment Bruxelles ne s’est pas encore fait détrôner !


Sources:

www.jeunes-journalistes.net
www.brusselsstudies.be
www.wikipédia.fr


Article écrit en mars 2013 par Lina Bankajoua dans le cadre du projet Jeunes-journalistes.net.

Pourquoi avons-nous choisi un hymne pour l’Europe

19 Mar

Un hymne européen, mais pourquoi ?

Notre hymne est « l’Ode à la joie de BEETOVEN » mais pourquoi le conseil de l’Europe a-t-il choisi de prendre un hymne sans paroles ? Et pourquoi avoir décidé de prendre un hymne pour l’Europe ? Et quand a-t-il été choisi ?

Pourquoi notre hymne a-t-il été choisi sans paroles ?

Cet hymne a été choisi sans paroles pour éviter les débats linguistiques. Il évoque « grâce au langage universel de la musique, les idéaux de liberté, de paix et de solidarité des différents états de l’Europe ». Il y a quelque temps tous les partis verts de l’Europe se sont rencontrés à Rome et ont proposé de chanter cet hymne juste sur son rythme. Cette proposition a été acceptée, car n’ayant pas de paroles il a pu être partagé par toutes les populations.

Quand a-t-il été choisi ?

Ce sont de simples citoyens comme vous et moi qui ont envoyé plusieurs propositions d’hymne au conseil européen. Mais pour le conseil, il fallait d’abord avoir un drapeau européen avant de pouvoir choisir notre hymne. En 1955 après avoir choisi le drapeau le choix de cet hymne n’a donc pas eu lieu. Ce n’est que le 8 JUILLET 1971 que l’assemblée consultative du conseil de l’Europe a choisi « l’Ode à la joie » de BEETHOVEN comme hymne. Et enfin le 12 JANVIER 1972 l’Europe a adopté ce thème comme hymne européen.
L’Ôde à la joie est un poème de Friedrich van Schiller écrit en 1785. Le poème a été écrit pour célébrer l’unité et la fraternité entre les hommes. C’est pour cela qu’il a été choisi comme hymne officiel de l’Union européenne. Il serait très intéressant que les élèves connaissent l’hymne de leur pays, mais aussi l’hymne européen, car leur pays en fait partie.


Sources:

http://www.taurillon.org/L-Hymne-europeen

http://europa.eu/index_fr.htm


Article écrit en mars 2013 par Victoria.D dans le cadre du projet Jeunes-journalistes.net.

 

 

 

Pourquoi la Turquie n’arrive pas à entrer dans l’Union Européenne ?

19 Mar

La Turquie se trouve à cheval entre deux continents avec 5% de terre en Europe et 95% en Asie. Sa capitale n’est pas en Europe. La Turquie veut rentrer dans l’UE, mais pourquoi l’Union refuse-t-elle ?

image2

Katarzina Cipilinska 3B

Au niveau économique et hydraulique, la Turquie est beaucoup plus développée et cela pourrait apporter des effets bénéfiques à l’Europe. La Turquie est le 6ème client et le 12ème fournisseur de l’UE depuis la fin des années 90.

Mais la Turquie ne respecte pas encore les critères pour entrer dans l’Union qui sont : la démocratie et les droits de l’homme.  Malgré que la Turquie est un pays laïque, environ 95% de la population est musulmane alors que l’Europe est traditionnellement chrétienne.  Elle est aussi un pays pauvre, et cela pourrait couter cher à l’Europe. Malgré tous ces inconvénients, il y’a déjà des améliorations. Depuis 2004, la peine de mort a été supprimée.

L’Union n’a toujours pas décidé de faire entrer la Turquie, car il lui manque beaucoup de critères. Même si la Turquie pourrait apporter des effets bénéfiques au niveau hydraulique et économique, cela ne suffit pas pour rentrer dans l’Union Européenne.


Sources:

http://blogs.crdp-limousin.fr/23-gueret-lycee-bourdan-ses/2010/02/13/la-turquie-doit-elle-rejoindre-l%E2%80%99union-europeenne/

-Science & Vie Junior 2010 : Article « Est-ce que la Turquie remplit les critères démocratiques pour intégrer l’Europe ? »

Image : http://www.flickr.com/photos/opendemocracy/875760625/


Article écrit en mars 2013 par Katarzina Cipilinska dans le cadre du projet Jeunes-journalistes.net.