Archive | Les élèves de l’Athénée Royal de Beaumont RSS feed for this section

L’Union Européenne : actrice ou spectatrice dans le conflit du Nord-Mali ?

6 Mar

Mali

Photo The U.S. Army CC by 2.0

Le conflit au nord du Mali qui oppose l’armée malienne aux touaregs islamistes pose la question de l’implication de l’UE dans de tels conflits et des actions qu’elle peut entreprendre.

L’origine du conflit      

Le conflit commence lors de la rébellion du 17 janvier 2012 par l’attaque du camp militaire malien dans le nord du pays par les combattants du Mouvement National pour la Libération de l’Azawad (MNLA). Ces rebelles touaregs prônent la libération de l’Azawad ; région du nord qui regroupe les villes de Kidal, Tombouctou et Gao. Ils se confrontent à l’armée régulière malienne, hostile à cette séparation du Mali.

Du 21 au 22 mars, un coup d’état perpétré par l’armée malienne chasse le président Amadou Toumani Touré, soupçonné d’être incapable de régler la crise qui frappe le nord du pays. Cette action met fin à la démocratie au Mali.

La déclaration de l’indépendance par les islamistes du MNLA, le 5 avril 2012, est la conséquence des nombreux conflits que connait le Mali, généralement connu sous le nom de « conflit touareg ».

Et l’Europe dans tout ça ?

Le président malien par intérim, élu lors des élections du 11 mai 2012, Dioncounda Traoré, a demandé l’aide militaire de la France pour protéger le pays des attaques commises par les touaregs islamistes. La France donne son accord le 11 janvier 2013 à l’opération « Serval » dans le cadre des résolutions de l’ONU.

La France demande l’aide de ses partenaires européens pour soutenir cette opération. A l’issue d’une réunion des 27 sur ce sujet, aucun autre pays de l’UE ne s’est prononcé pour aider militairement la France lors de son action au Mali. Néanmoins, les pays de l’UE ont décidé d’apporter leur soutien diplomatique au Mali et d’appuyer la formation et la réorganisation des forces armées maliennes pour que le pays puisse être capable de rétablir la paix de lui même.

Certains pays comme la Belgique apportent toutefois un soutien militaire en mettant deux avions et deux hélicoptères à la disposition des troupes françaises et africaines.

L’Europe de la défense se présente sous forme de la Politique de Sécurité de Défense Commune (PSDC) dont les actions concrètes sont assez réduites. L’UE en tant qu’institution n’est pas en mesure de mener des actions militaires communes à tous les pays membres car elle n’a pas la capacité politique et de commandement pour cela. Elle peut cependant envoyer des missions dans le but de former les militaires maliens et permettre le maintien des missions de paix par le biais du PSDC.

La création d’une armée européenne à l’image de la communauté européenne de la défense qui a échoué en 1954 reste un projet irréaliste. L’UE dispose néanmoins d’atouts pour aider à résoudre la crise au Mali et à permettre la reconstruction du pays sans agir militairement.


Sources:

http://podaudio.rtbf.be/pod/lp-soir-europe_soir_premiere_aujourd 27hui_en_e_13650475.mp3

http://www.affaires-strategiques.info/spip.php?article7621

http://www.liberte-algerie.com/international/implication-timide-de-l-europe-dans-le-conflit-mali-192823

http://www.huffingtonpost.fr/2013/01/11/le-mali-reclame-laide-mil_n_2453546.html

http://1jour1actu.com/monde/coup-d%E2%80%99etat-que-se-passe-t-il-au-mali/

http://fr.wikipedia.org/wiki/Conflit_malien_de_2012-2013


Article réalisé en février 2013 par Ferrais Louise dans le cadre du projet Jeunes-journalistes.net.