Archive | Les 5èmes du Koninklijk Atheneum Etterbeek RSS feed for this section

Les 5èmes du Koninklijk Atheneum Etterbeek

27 Sep

Dans le cadre de leur cours de français, les 5èmes du « Koninklijk Atheneum d’Etterbeek » ont travaillé durant 4 heures à l’écriture d’un article de presse destiné au Web. Ils avaient choisi le thème global du réchauffement climatique. Découvrez leurs articles :

Le réchauffement, ce n’est pas pour rire !

27 Sep

Photo Clean Wal-Mart CC BY-NC 2.0

Le réchauffement climatique est un des grand problème de notre monde. Et ça ne s’améliore pas. La glace de l’Arctique fond très vite et il n’y a pas que les animaux qui souffrent du changement de climatique…Cela a aussi des conséquences sur les êtres humains.

La consommation des CFC (chlorofluorocarbures, gaz qui se trouve, par exemple, dans des déodorants) réduit la taille de la ozonosphère et c’est comme ça qu’il y a un trou dans la couche d’ozone. A cause de ce trou, les rayons UV pénètre plus facilement à l’intérieur de notre planète et causent le réchauffement climatique.

Les rayons réchauffent la terre et la glace fond. Ce qui est un sérieux problème puisqu’il y a plusieurs espèces animales qui vivent sur cette glace. La fonte des neiges dérangent l’habitation de ces animaux, ce qui peut avoir de sérieuses conséquences pour le futur de leur espèce. Cette glace fondante a aussi beaucoup de conséquences pour les hommes : elle peut, par exemple, causer des catastrophes naturelles comme le grand typhon en Corée du Sud et des grandes inondations.

Que peut-on encore y faire ? L’utilisation des CFC a été interdite pour que la couche d’ozone arrête de devenir encore plus fine. Ces dernières années, on constate déjà une stabilité grâce au fait qu’on n’utilise plus de CFC dans nos déodorants.

Dans la vie de tous les jours, c’est aussi possible d’agir pour préserver notre système écologique… Prendre les transports en commun au lieu de prendre la voiture qui pollue, prendre moins de temps pour prendre une douche et trier et recycler les déchets sont autant d’exemples d’actions quotidiennes en faveur de l’environnement.


Sources :


Article rédigé par  Nelke Ramael du Koninklijk Atheneum d’Etterbeek en septembre 2012 dans le cadre du projet Jeunes Journalistes.

L’Amazonie en danger

25 Sep

Photo treesftf CC BY-NC 2.0

L’Amazonie a du subir des sécheresses inhabituelles jamais vues depuis 40 ans. En 2005 et malheureusement cinq plus tard, le même incident s’est reproduit…

La sécheresse en 2005 également appelée «  La sécheresse du siècle » a été étendue à plus de 5.3 millions de kilomètres carré, c’est 173.61 fois plus grand que la Belgique! Les arbres meurent et plus de carbones entrent dans l’atmosphère. En 2005, plus de 1.6 milliard de tonnes de carbones a été relâché dans l’air. L’habituelle « production » est de 0.4 milliard de tonnes.

En 2010, une autre sécheresse s’est reproduite mais elle était encore plus grave qu’il y a cinq ans. Cela a produit encore plus de carbones !  Plus de 2.2 milliard de tonnes ! Que va-t-il se passer ces prochaines années avec l’Amazonie ? Va-t-elle encore devoir subir une sécheresse ?

La combinaison de la sécheresse, de la déforestation et de l’augmentation des émissions de gaz à effet de serre s’empire d’années en années. Les arbres sont plus nombreux à disparaitre, ce qui accélère le changement climatique.


Sources :


Article rédigé par Margaux Fabris du Koninklijk Atheneum d’Etterbeek en septembre 2012 dans le cadre du projet Jeunes Journalistes.

Changement climatique : répercussions sur la vie quotidienne

25 Sep

Nous le savons tous, le changement climatique n’est pas un fait divers. La fonte de la calotte glaciaire, l’amplification des désastres naturels, l’augmentation des prix des denrées alimentaires de base… Tout cela n’est pas à prendre à la légère.

Pourquoi ?

Les émissions de gaz à effets de serre sont les grands coupables du réchauffement climatique. Mais qu’est-ce que l’effet de serre ? L’effet de serre est à la base un effet naturel consistant à garder la terre à une température moyenne de 15°C. On peut illustrer cela comme une cloche enfermant une petite quantité de rayons permettant de garder la température à l’intérieur la cloche à 15°C. Cependant, l’homme a produit tellement de CO2 ces dernières dizaines d’années que la température à l’intérieur de la cloche a considérablement augmenté.

Quelles conséquences ?

La fonte de la calotte glaciaire

Les glaciers pourraient complètement disparaitre d’ici 2016. Cela entraînerait la montée des eaux avec comme conséquences: terres submergées et déplacement de centaines de milliers d’habitants.

L’amplification des désastres naturels

Le changement climatique amplifiera les événements extrêmes, pluies torrentielles ou vagues de chaleur. La Belgique ne sera pas épargnée, puisque le réchauffement climatique y est déjà en cours.

Augmentation des prix des aliments de base dans 20 ans

Selon une étude d’Oxfam publiée le 5 septembre 2012, le prix des aliments de base pourraient doubler dans les vingt prochaines années. Oxfam estime que les effets du réchauffement climatique sont sous-estimés. Le prix du maïs pourrait grimper de 140%, le sac de 25 kilos de farine de maïs passerait de 18$ à 40$. Évidemment les plus pauvres paieront le prix fort.

STOP à la marée noire

25 Sep

Photo Abode of Chaos CC BY-NC 2.0

De plus en plus de problèmes apparaissent qui sont des conséquences du réchauffement : tremblements de terre, tornades et tsunamis… Et ce n’est pas tout, les marées noirs sont aussi un problème de nos jours. Mais qu’est-ce qu’ est une marée noire précisément ? Quel en sont les conséquences les plus importantes et quelles sont les solutions ?

Une marée noire est une catastrophe industrielle et écologique causée car du pétrole brut ou des produits pétroliers lourds sont versés dans la mer. Lorsque cette nappe atteint la côte sous l’effet des marées et des vents, on parle d’une marée noire. On estime que 6 millions de tonnes de pétrole seraient versés chaque année dans les océans. L’impact d’une marée noire varie en fonction de la quantité de pétrole lâché en mer, la profondeur et la géographie du lieu.

Une des marées noires les plus connues est celle du Golfe du Mexique. La  plateforme Deep Water Horizon qui fait 78m de largeur et 121m de longueur a explosé en 2010 et a fait 11 morts. La plateforme était à 70 km des côtes. La cause n’est pas certaine, mais on croit qu’il y a eu une pression du fond de l’océan qui est montée dans la colonne montante.

L’origine d’une marée noire est le plus souvent due  à un navire qui a coulé. La plus part des navires ont des patrons qui pensent seulement à l’argent et qui prennent donc un équipage mal qualifié et mal payé. Étant donné qu’ils s’y connaissent pas, ils font des erreurs et ne font pas attention à la sécurité. Mais il y  a encore d’autre raisons, comme un accident d’une plateforme pétrolière en mer ou un conflit armé.

Les marées noires ont des conséquences sur différents domaines. Elles affectent le plus les animaux et les régions touchées. Premièrement, l’environnement est gravement affecté par la marée noire. Elle casse les fonds marins et donc l’habitat de beaucoup d’animaux. L’économie est elle aussi en danger pendant une marée noire, des millions de pêcheurs et mareyeurs ont des problèmes parce qu’ils ne peuvent pas faire leur travail et perdent donc beaucoup de leur profit. Il ne faut pas oublier aussi que toute cette catastrophe doit être nettoyée et ceci coute très cher. Le tourisme diminuera, ce qui cause aussi des pertes.

Pour éviter tous ces problèmes, ce serrait bien de trouver une solution et des mesures qu’on pourrait prendre. On devrait mettre plus de contrôles sur les ports pour vérifier les navires, et aussi un contrôle plus strict sur les permis de naviguer. Ce ne sont que quelques solutions pour éviter les marées noires, mais ce n’est suffisant. Le problème est tellement sérieux qu’on aura besoin de bien plus pour combattre les marées noires.

http://www.koreus.com/video/bp-maree-noire-cafe.html : une parodie sur la marée noire !


Sources :


Article rédigé par Paulina de Vleeschouwer du Koninklijk Atheneum d’Etterbeek en septembre 2012 dans le cadre du projet Jeunes Journalistes.