Archive | 5ème TQ Sainte-Marie à Saint-Gilles 2012 RSS feed for this section

5ème TQ de l’Institut Sainte-Marie de Saint-Gilles

2 Avr

Un peu de neuf pour les légumes oubliés Angie Boo

Le bio, est-ce meilleur pour notre santé?Samantha Krid 

Le commerce équitable, intéressant ? Mélissa Loxhay

La consommation de légumes en Belgique est-elle plus importante que sa production?Gheorghe Panciuc

Arnaque aux produits BIO Samantha Poulaert

« Je suis un écolo de coeur » Sunny-Quentin Muhammad

Groupe d’Achat Solidaire d’agriculture Paysanne, déjà entendu parlé? Mohamed Elaroud

Jai acheté une forêt » : une histoire tropicale touchanteMargaux Doyen

Le commerce équitable et Oxfam Jamagne Wolfgang

Publicités

« J’ai acheté une forêt tropicale » : une histoire touchante

2 Mar

La violente déforestation fait de plus en plus de dégâts au niveau mondial. L’une des causes principale est l’agriculture, ici dans ce documentaire l’agriculture de soja.

Jacob Andrén,un suédois se rend au Costa Rica pour retrouver la parcelle de forêt tropicale que son école leur a permis d’acheter en 1980. Cet homme a une prise de conscience en se rappelant de cet achat  qui date de son enfance et décide de retrouver le petit bout de forêt acheté.

Il retourne donc d’abord dans son ancienne école et demande a voir l’acte de propriété qui est considéré comme preuve d’achat. Il ne le trouve pas et décide de se rendre alors sur place dans la forêt.  Après de nombreuses recherches il retrouve sa forêt intacte.

Sur place on découvre que de nombreuses personnes agissent avec leurs moyens pour aider à préserver la forêt. C’est le cas de ce chercheur donnant sa vie à la recherche et à la protection biologique de quelques parcelles. Ses recherches sont financées par des dons tels que ceux de Jacob et d’autres volontaires. La responsabilité des multinationales dans la déforestation est cruciale. Le gout du profit,amène des sociétés aux bénéfices déjà immenses à se créer des monopoles, avec l’aide des gouvernements locaux et ainsi de spolier les matières première de pays en voie de développement.

Ce documentaire nous prend a cœur car il part des jeunes qui dans les années 80 se sont mobilisés afin de sauver à leur manière la planète. On découvre également la désolation des populations locales qui vendent leur propre terre pour survivre. On est marqué par  la disparition de certaines tribus autochtones.

Le documentaire sensibilise et se rapproche de doutes d’un enfant qui découvre un monde impossible. On voit disparaitre petit à petit le poumons de la planète,pour laisser place a l’agriculture de produits européens.

 « J’ai acheté une forêt tropicale » est à voir et nous fait réfléchir !


Sources :


Article rédigé par Margaux Doyen de l’Institut Sainte-Marie de Saint-Gilles dans le cadre du projet Jeunes Journalistes.

Un peu de neuf pour ces légumes oubliés !

2 Mar

Vous êtes sur un marché, vous trouvez un légume inconnu et vous ne savez pas comment les cuisiner ? Laissez-nous vous aider. Mais avant cela, quels sont ces légumes que l’on a oublié? L’exemple de  la Vitelotte et du Chou-Romanesco.

La Vitelotte est une pomme de terre à la peau noire et à la chair violette. On la trouve sur les marchés ou dans certains magasins bio. La Vitelotte est originaire du Pérou et elle n’est plus cultivée que par quelques exploitants en France, mais elle est pourtant simple à cultiver. On peut cuisiner la Vitelotte de plusieurs manière : En chips, en purée, en gratin, tout comme les pommes de terres habituelles. Elle a un léger goût de châtaigne ou de noisette mais à part ça, elle a le goût d’une pomme de terre normale. On l’achète surtout pour l’esthétique, la couleur inhabituelle pour un aliment, qui ici est violette.

Le Chou-Romanesco, quant à lui,  ressemble à un chou mélangé à un brocoli. On le trouve également dans les marchés ou certains supermarchés. Ce chou est originaire d’Italie. De Rome plus précisément. Le Chou-Romanesco est également facile à cultiver, et beaucoup de gens le cultivent eux-mêmes. On peut cuisiner ce chou en purée, en potage, sauté, en gratin ou encore en beignets. Le goût de ce chou est plus sucré et plus doux que le chou-fleur. Il a également un léger goût de noisette. On l’achète aussi pour l’esthétique, pour sa forme étrange et inhabituelle.

Pourquoi ces légumes sont-ils oubliés et/ou inconnus ?

Tout simplement car ces légumes étaient bien plus chers que le chou-fleur ou la pomme de terre normale, qui ont pourtant, les mêmes goûts.

Quelques recettes :

Chips de Vitelotte pour 4 personnes : 

Ingrédients :
– 8 pommes de terre Vitelotte.
– De l’huile
– Du poivre du moulin et de la fleur de sel.

A) Lavez les patates et coupez les en tranches assez fines.

B) Faites chauffer l’huile dans une sauteuse.

C) Mettez les tranches de pommes de terre sur un papier absorbant pour éviter des éclaboussures durant la cuisson.

D) Mettez-les ensuite dans l’huile chaude et faites-les sauter 5 minutes jusqu’à ce qu’elles soient dorées et croustillantes.

E) Déposez-les sur un torchon et saupoudrez ensuite les chips de fleur de sel et de poivre du moulin.

Mousse de Chou-Romanesco pour 4 personnes :

Ingrédients :
– 1 œuf + 3 jaunes.
– 25cl de lait et de crème liquide.
– 70g de beurre.
– 30g de farine.
– sel, poivre et muscade.

A) Préchauffez le four à 210°C et portez 75cl d’eau à ébullition avec le lait.

B) Ajoutez du sel et faites cuire le chou en bouquet pendant 10 à 20 minutes.

C) Faites fondre 50g de beurre dans une casserole et ajoutez la farine.

D) Faites cuire 2 minutes en remuant. Ensuite verser la crème et faites épaissir à feu doux sans cesser de remuer

E) Assaisonnez de sel, de poivre et de muscade, puis incorporez l’œuf entier et les 3 jaunes.

F) Égouttez et mixer le chou. Ensuite incorporez la sauce et répartissez cette préparation dans des ramequins beurrés. Puis, il suffit de faire cuire 15minutes au four !

Vous êtes séduit(e)s par ces légumes ? Voilà quelques sites intéressants où vous pourrez découvrir d’autres recettes ou d’autres légumes oubliés !      


Sources :

Images :


Article rédigé en février 2012 par Angie Jordens, élève de 5ème TQ de l’école Sainte-Marie de Saint-Gilles,  dans le cadre du projet jeunes-journalistes

Le bio, est-ce meilleur pour notre santé ?

2 Mar

On croit souvent que les produits étiquetés « bio » sont meilleurs pour notre santé, mais qu’en est-il vraiment ?

Différents produits bio qu'on trouve dans nos grandes surfaces. Photo : Samantha

La nature est au centre des préoccupations du marché bio. En effet, les agriculteurs biologiques veulent se démarquer des agriculteurs industriels et pour cela ils  n’utilisent pas de produits chimiques (pesticides, engrais…). Ainsi ils assurent la protection de l’environnement et une certaine qualité des produits. Cependant, certains produits bio que l’on trouve dans nos grandes surfaces viennent de certains pays lointain et doivent donc parcourir de longues distances pour arriver jusqu’en Belgique, ce qui nuit à la qualité sanitaire des aliments et à l’environnement.

Les produits bios demandent plus de travail que les produits issus de l’agriculture industrielles. Respectant le cycle des saisons, l’agriculture bio présente un plus faible rendement. De plus, les produits bio se conservent généralement moins longtemps. Tous cela peut nuire à notre portefeuille!

A priori, le bio ne nuit pas à notre santé. Mais certains produits bio ne sont pas plus bénéfiques que d’autres ou qu’ils en paraissent. En effet les produits bios permettent de ne pas s’exposer aux effets toxiques de milliers de produits chimiques ou non naturels, mais certains d’entre eux viennent de loin. Dès lors, la qualité de ces produits est mise en question et leurs bienfaits pour l’environnement également.


Sources :


Article rédigé en février 2012 par Samantha Krid, élève de 5ème TQ de l’école Sainte-Marie de Saint-Gilles dans le cadre du projet Jeunes Journalistes.

Le commerce équitable : intéressant ou pas?

1 Mar

Qu’est-ce exactement le commerce équitable ? Pourquoi existe t-il ? Pourquoi ces produits sont-il plus chers ? D’où est venue l’idée du commerce équitable ?

Le commerce équitable aide à favoriser les conditions des agriculteurs des pays en voie de développement. Il assure à ces travailleurs une juste rémunération de leur travail et est le garant du respect et du droit de ces personnes. En plus, quelques-uns des objectifs du commerce équitable sont d’instaurer des relations durables entre les partenaires économiques, de favoriser la préservation de l’environnement et de proposer aux consomateurs des produits de qualité.

Le commerce équitable existe car trop de travalleurs ne gagnent pas la moitié de ce qu’ils devraient recevoir dans de mauvaises conditions et même les enfants travaillent car leur parents ne gagnent pas assez pour permettre à leurs enfants d’aller à l’école. Grâce à ce commerce, les travailleurs pourront enfin gagner leur juste prix et les enfants aller à l’école. En 1964, lors d’une conférene des Nations Unies, les pays pauvres insisteront sur la nécessité de justesse dans les échanges.

Un produit d’un commerce équitable est-t’il vraiment plus cher ? C’est à voir , car derrière le prix de l’étiquette, on decouvre sa valeur dans son développement, les produits du commerce équitable ne sont donc pas plus chers mais justes. Avec le commerce équitable , vos achats ont de la valeur. Et maintenant quel commerce allez-vous choisir ?


Sources :

  • Commerce équitable pour les nuls (Oxfam)
  • Images doc
  • Astrapi
  • France 5 « Le commerce équitable »

Article réalisé en février 2012 par  Mélissa Loxhay, élève de 5ème TQ de l’école Sainte-Marie de Saint-Gilles dans le cadre du projet Jeunes Journalistes.