Jacqueline Straede : « Je vais sur les terres tous les jours, j’en ai besoin »

15 Mai

Jacqueline Straede est une agricultrice. Elle a une ferme à Chaumont-Gistoux et des terres à Tourinnes Saint Lambert. Madame Straede est âgée de 53 ans et travaille toujours sur ses terres.

Madame Straede, qui vous a donné l’envie d’être une agricultrice ?

C’est ma famille et essentiellement mes parents qui m’ont donné cette passion. En effet, nous sommes agriculteurs depuis au moins dix générations. Je baigne dans ce milieu. Depuis ma naissance, mes choix ont toujours été de continuer dans ce domaine.

Où sont situées vos terres ?

J’ai plusieurs terres à différents endroits dans la région : les premières sont situées à Chaumont-Gistoux où la région est sablo-limoneuse ; les autres sont à Tourinnes Saint Lambert et sont uniquement limoneuses.

Que  cultivez-vous principalement ?

Je cultive essentiellement des céréales, des betteraves, des pommes de terre mais j’ai également du bétail : vaches, moutons, lapins, cochons, poules et chèvres.

Quand travaillez-vous dans vos champs et combien d’heures par jour ?

En fonction du temps et de la température, ça varie d’années en années, je suis au champ vers la fin du mois de mars pour la plantation des betteraves, ensuite les pommes de terre et au début de l’automne, ce sont les céréales. Je suis au champ au moins 10 heures par jour mais, quand j’étais plus jeune, on travaillait des journées de 16 voire 18 heures. On se levait à 4 heures du matin pour ne revenir du champ que vers 23 heures. Cette vie est très éprouvante et très dure (surtout pour une femme). A présent, avec l’âge, je fais un horaire plus léger mais je vais sur les terres tous les jours : j’en ai besoin.

Pourquoi faut-il persévérer l’agriculture ?

L’agriculture est la première source nourricière de notre planète, aussi bien pour les humains que pour les animaux. Les céréales, les betteraves et le bétail; tous ces facteurs là nous aident. C’est pourquoi dans les pays pauvres c’est la première chose que l’on leur apprend : CULTIVER POUR SURVIVRE.

Q- Que pensez-vous de l’agriculture actuelle ?

Malheureusement dans nos pays industrialisés, les vrais agriculteurs disparaissent petit à petit… Il y a de moins en moins de terres et elles coutent de plus en plus cher (pour info sur ces 10 dernières années, le prix d’un hectare à cultiver a quadruplé) ! La vie est dure, les heures à prester importantes et il faut se battre tout le temps avec l’industrialisation et les gros producteurs, les petits (comme nous) disparaissent au fur et à mesure…


Sources :

Interview de Jacqueline Straede réalisée en avril 2012.


Article réalisé en avril 2012 par Clotilde Lepeut, de l’Athénée Royal Paul Delvaux Lauzelle, dans le cadre du projet Jeunes-journalistes.net.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :