Pesticides, solutions ou destructions ?

7 Mai

Les pesticides protègent nos productions de certains parasites qui ravagent nos cultures. Mais les pesticides entraînent beaucoup d’effets néfastes comme la toxicité pour certains êtres vivants, les divers problèmes de santé et la pollution. Beaucoup d’alternatives sont proposés car la population augmente et il faut s’assurer de nourrir tout le monde.

Les pesticides servent à éloigner les insectes et à éviter aux plantes d’être attaquées par des champignons et des mauvaises herbes. Le problème c’est qu’ils sont aussi toxiques pour les abeilles. Rachel Corson dans son livre Silent spring déclare que « Les pesticides menacent des espèces en tout genres, des micro-organismes aux mammifères, à divers niveaux de l’écosystème, en milieu terrestres, aquatiques et marins ».

Les pesticides polluent aussi l’air, le sol et l’eau. La présence des pesticides dans nos cours d’eau est déjà significative. Les risques sur la santé sont encore assez peu connus mais des études montrent que les pesticides augmentent le risque d’enfants autistes, de cancers et la perte de fertilité. Enfin, avec une utilisation fréquente, on accélère l’apparition de maladies résistantes aux traitements.

Pour les agriculteurs, plusieurs méthodes sont disponibles contre les maladies des cultures (méthode chimique, culturale, génétique et biologique). Le 20éme siècle a connu une hausse de la lutte chimique avec l’utilisation massive des pesticides.

Les pesticides sont utilisés surtout sur les grandes cultures mais c’est sur les produits maraichers que l’on en retrouve le plus. Il ne faut pas oublier les particuliers qui les utilisent pour leur jardin ou leur potager. C’est certainement les cas les plus les plus dangereux pour la santé.

Plusieurs mesurent sont disponibles pour réduire la consommation de pesticides. Il existe les mesures restrictives, c’est l’interdiction de vendre certains produits, d’épandre par les airs et de taxer les produits dangereux. La deuxième mesure vise à modifier la consommation des agriculteurs. La troisième mesure encourage la recherche pour développer les techniques alternatives aux pesticides.

Alors, les pesticides, bon ou mauvais ? Cette question demande du temps et de la réflexion pour que chacun trouve la solution adéquate à sa consommation.


Sources :

http://www.environnement.ens.fr/

http://www.mdrgf.org/

http://www.lafranceagricole.fr


Article réalisé en avril 2012 par Marion Balsauxde l’Athénée Royal Paul Delvaux (Lauzelle), dans le cadre du projet Jeunes-Journalistes.net

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :