Les médias et l’anorexie

26 Avr

Isabelle Caro, pub de Oliviero Toscani, 2007

L’idéal féminin étalé dans les médias est celui d’une silhouette dont la maigreur ne frappe même plus. Les mannequins très minces, maigres, représentent LE modèle parfait à atteindre pour des millions de femmes, les anorexiques et les autres. Le culte de la minceur n’est pas d’ordre esthétique. C’est le signe de la femme active, qui sait se dominer.

L’image que véhicule la société occidentale est responsable, en partie, de l’augmentation du nombre de cas d’anorexie depuis les années 90. En effet, aujourd’hui plus d’1% des adolescents entre 12 et 18 ans sont atteints de cette maladie en France. Les plus touchées sont les femmes, 90% des anorexiques sont des femmes, contre seulement 10% pour les hommes.

L’anorexie est un trouble du comportement alimentaire, qui survient principalement chez les adolescents de 12 à 20 Ans. C’est un refus volontaire de se nourrir au risque de menacer sa vie.

Les médias sont une des principales causes de l’anorexie, mais ils permettent aussi de lutter afin de réduire son effectif. On voit bien l’ambiguïté des médias qui tout en luttant contre cette maladie et jouant un rôle dissuasif, l’influencent.

Les pouvoirs tentent tant bien que mal de contrer ce fléau mais les mises en place de lois restent minimes dans l’Europe. Seulement trois pays ont créés des règlements: l’Espagne, La France et l’Angleterre.

L’image que véhiculent les magasins est souvent contradictoire avec la réalité. Les mannequins sur les photos sont touchés et retouchés pour à la fin ressembler à des créatures de rêves minces et magnifiques.

A force de montrer ce genre d’image, via les magazines,… Les femmes sont poussées à faire des régimes. Mais les presses écrites sont les meilleurs moyens pour faire passer des informations, souvent ce sont des témoignages,… mais aussi des images chocs, le photographe Oliviero Toscani, a décidé d’utiliser la publicité afin de lutter contre l’anorexie, en prenant en photos l’anorexique Isabella Caro. (Décédée le 17 novembre 2010) et qui a écrit un bouquin sur son combat.

L’influence d’internet face à l’anorexie

Les jeunes sont les premières victimes de fléau. Ne sachant qui ils sont, ils ont besoin d’identification. Ils prennent alors des mannequins aux mensurations parfaites. Ils rejoignent alors des groupes sur internet, des groupes qui se nomment « pro ana ». Ces sites sont dangereux car les créateurs/créatrices s’affichent fièrement avec leur 45kg pour 1m70, ou donnent des astuces pour perdre du poids. 30 à 40 000 personnes sont touchées par l’anorexie en appelant cette maladie « un mode de vie »

De plus, il existe aussi des sites sous forme de jeux, qui s’attaquent aux plus jeunes, comme « ma bimbo ». Au début de ce jeu, il leur est donné une « bimbo » avec sa corpulence et l’idéal à ne pas dépasser ainsi les internautes doivent surveiller le poids, s’il est trop élevé, il faut lui donner des médicaments et sport à volonté. Les jeunes filles sont plongées dans le culte de la minceur dès un âge où elles ne devraient pas y prêter trop d’attention.

Par ailleurs, Internet participe activement à la lutte en faveur de l’anorexie. Les sites d’aides aux jeunes en détresse devant l’impact et les conséquences de la maladie. C’est le cas de l’association ABA (Association Boulimie Anorexie). Depuis 1992, cette association de bénévoles et de professionnels aide les personnes atteintes d’anorexie ainsi que leur famille, cela leur apporte un soutien et quelqu’un pour les comprendre. Le fait de créer un site sur une association permet la possibilité d’accès à qui le souhaite.

Ainsi, Internet joue un double rôle, à la fois cela peut divulguer des informations poussant au phénomène de l’anorexie mais aussi ce média permet de lutter avec des sites d’associations.

La responsabilité de la télévision

De nos jours, la télévision est très regardée par les adolescents qui retiennent toutes sortent de publicités, à force de rester des heures devant. C’est pour cela que c’est un média qui permet de faire passer des messages, seulement ces derniers ne sont pas forcément bons à retenir.

En effet, il existe de plus en plus de publicités sur des aliments permettant de mincir ou de ne pas prendre du poids, comme les produits Spécial K qui assurent une silhouette mince avec un régime à base de céréales. Seulement cette image peut avoir une influence négative sur les adolescents qui retiennent ces informations et cela peut les pousser à l’anorexie. A force de montrer des corps sans défaut, dans les films, séries télé, cela provoque chez l’adolescent des envies de ressembler a ces acteurs souvent retouchés et ayant beaucoup de factice en eux.

Cependant, ce média est intéressant car il permet de montrer des campagnes publicitaires provoquant un choc qui peut alors faire changer les mentalités. En Angleterre, une association à diffuser un spot montrant une jeune fille ronde se regarder dans la glace, puis l’on voit enfin que cette jeune fille se voit grosse alors qu’il ne lui reste plus que la peau sur les os. En diffusant des reportages sur la vie de personnes anorexiques, le public jeune ou moins jeune peut alors prendre conscience de l’impact de cette maladie.

Tout comme la presse écrite et Internet, la télévision est ambiguë car elle permet la lutte contre l’anorexie, mais aussi une image positive de la minceur.

Que font les pouvoirs pour contrer ce fléau?

Certains gouvernements Européens ont imposés des lois, des mesures afin de réduire le nombre de personnes anorexiques qui sont souvent confrontées a la mort.

En France, des mesures ont été prises afin de punir les personnes incitant, d’une quelconque manière, à l’anorexie. En effet, rappelons que 30 à 40 000 personnes sont touchées par l’anorexie, c’est pour cela que l’UMP a proposé une loi.

Mais encore, en Espagne, la région de Madrid a pris une directive régionale en se basant sur un critère sanitaire de l’OMS (Organisme Mondial de la Santé) afin de faire interdire les mannequins trop maigres sur les défilés. Le gouvernement espagnol a fixé une limite d’IMC pour les mannequins, en dessous de 18, les modèles ne pourront pas défilés. Si l’Espagne est un précurseur en matière de lutte contre l’anorexie, c’est parce que le pays reconnaît presque 100 000 femmes qui souffrent de cette maladie. La bataille de l’Espagne contre l’anorexie n’est pas prête de s’arrêter.

C’est à la suite de la limitation de l’IMC des mannequins en Espagne, que la France a décidé d’interdire la publication de photos d’anorexiques.


Source :

– Tasanté.com, consulté le 23 mars 2011, http://www.tasante.com/recherche/?q=anorexie
– CARO Isabelle, « la petite fille qui ne voulait pas   grossir », France, 2008
– Gérard APFELDORFER, psychologue


Article réalisé en mars 2011 par Florence Drapier et Lola Stoffels  dans le cadre du projet Jeunes-journalistes.net.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :