Le Net, moteur de révolution face à la censure dictatoriale.

26 Avr

Internet est-il manipulé par certains états ?  Instrument de libération, peut vite se transformer en outil d’oppression !

Plusieurs pays d’Afrique et du Moyen Orient ont été secoués par des manifestations lancées sur internet par des citoyens déchaînés par la situation critique de leur pays en matière de politique et d’économie. Ces pays ne respectent pas la liberté d’expression et ils cadenassent ou manipulent l’information.

Les états dictatoriaux, voyant les vertus émancipatrices des citoyens grâce au net, posent des barrières et des censures sur certains sites et, parfois, s’en prennent aux personnes qui s’interrogent et qui critiquent publiquement le système politique de leur pays.

En 2008 en Colombie, de larges manifestations ont mobilisé des millions de contestataires face aux forces armées révolutionnaires (Les Farc) suite à un appel sur Facebook.

Certaines plus récentes ont réussi, comme notamment la « Révolution de jasmin », qui est une suite de manifestations insurrectionnelles survenues en Tunisie en décembre 2010 et janvier 2011. Grace à Internet et ses réseaux sociaux, cette révolution contre le président Ben Ali et son pouvoir, a abouti. Elle s’est soldée par la démission du président et de son gouvernement. Les autorités tunisiennes n’ont pas pu avoir une emprise et sur les échanges internet du pays  et les canaliser. Cela a été la clef de cette révolution. À l’inverse, en Russie, en Chine, en Iran ou encore en Bielorussie.  Leur dirigeants parviennent à filtrer les sites webs ayant une prise d’opinion critique contre le régime mis en place. Ils les suppriment par un contrôle perpétuel du Net et contre-attaquent ceux-ci en lançant des campagnes de cyber propagande pro-régime. Par différents moyens, l’état tente d’empêcher les cyber-activistes d’agir.

Internet, instrument de libération, peut vite se transformer en outils d’oppression implacable. Ces régimes ne se laisseront pas surprendre, comme en Egypte, par Facebook ou d’autres réseaux sociaux. Voyant comment s’est propagée la révolution, ils mettent des moyens en place pour pouvoir contenir les révoltes en muselant les médias : la liberté d’expression est alors bafouée.

Déjà Georges Orwell par son livre « 1984 » met en évidence l’importance du poids des médias et du contrôle de l’information. Sans contre-pouvoir, il existe un risque de dérive vers un pouvoir abusif.

En conclusion, la liberté d’expression dans les états dictatoriaux, n’est pas respectée car ceux-ci détiennent un large contrôle d’Internet et ont le pouvoir de stopper l’information ou de la transformer. Cela crée une emprise dans les mains de ces états, importante certes, mais pas totale. C’est à travers ces espaces mouvants et non-contrôlés que l’expression d’opposition et de contestation peut s’exprimer.


Sources:

Interview (du journal libération): : http://www.liberation.fr/monde/01012323705-le-net-instrument-de-liberation-et-d-oppression

Internet: http://www.attypique.com/interviews-posthumes/2011/03/e-reputation-cyber-r%C3%A9volution-net-censure-internet-est-il-manipul%C3%A9-par-les-etats-.html

Article: Libre Belgique n°14 de la 128eme année. « Ben Ali, au doigt et à l’oeil »


Article réalisé en mars 2011 par Alexia Sonveau dans le cadre du projet Jeunes-journalistes.net.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :