Vous n’avez rien contre la musique classique ?

23 Mar

Un préjugé a la vie dure chez beaucoup de jeunes : il porte sur la musique classique. Parmi les stéréotypes qui la disqualifient, les plus courants font référence au fait qu’il s’agisse d’une musique de snob, de vieux, de bourgeois, en dehors de notre temps. Bref, à un bric-à-brac sonore qui ne répond plus ni aux goûts ni aux préoccupations de notre époque.

Comment s’installe un préjugé ?

Dans le Dictionnaire Philosophique de Voltaire, l’article « Préjugés » commence par : « Le préjugé est une opinion sans jugement ».
Pour juger, il faut connaître. Pour connaître, il faut apprendre. Quelles sont pour les jeunes, les sources d’information en matière de musique classique ? L’école brille par son absence. Elle invita les élèves à lire, à aller au théâtre, mais jamais au concert. Sans les académies, l’éducation musicale serait inexistante. Sans formation, sans préparation, beaucoup associent la musique classique à certains évènements (le concours Reine Elizabeth par exemple), à certaines images (des gens bien habillés sortant d’une salle de concert) et à certaines idées (virtuosité qu’ils apprécient comme un numéro de cirque).

Un préjugé non fondé

L’ignorance est donc la mère du préjugé.
D’abord, ce qu’on appelle « musique classique » comprend des musiques très différentes et certaines seraient appréciées d’un plus large public si elles étaient connues. Un exemple : un film à succès avait pour musique de fond le 21ème concerto pour piano de Mozart. Ce fut la ruée chez les disquaires : quantité de gens demandaient « le » concerto de Mozart, ignorant qu’il en avait composé 28 !
Ensuite, la musique dite classique demande un effort pour être appréciée. Or, la tendance actuelle est de vouloir un plaisir immédiat, ce que procure une musique facile.
La musique classique est-elle une musique de bourgeois ? C’est vrai que les concerts sont payants et que les professeurs de musique ne sont pas gratuits. C’est vrai aussi que des bourgeois vont au concert par snobisme,  pour se donner l’illusion d’appartenir à une élite. Mais est-ce la faute de cette musique ? Ces mêmes snobs, s’ils avaient vécu à l’époque de Beethoven,  n’y  auraient rien compris.
Enfin, que répondre à ceux qui disent que la musique classique n’est pas de notre temps ? Ils sont victimes de la mode qui, on le sait, ne dure qu’un temps.

Il n’y a pas de préjugé innocent

Il y a des préjugés meurtriers (le racisme), d’autres qui empoisonnent la vie (le sexisme)… Comparé à ceux-là, le préjugé contre la musique classique parait bien innocent. Mais il comporte aussi des dangers : la discrimination jeunes/vieux, le mépris de l’autre, le goût de la facilité.


Sources :

Voltaire, « Dictionnaire Philosophique »

http://laphilodepicasso.over-blog.com/pages/Sujet__La_guerre_contre_les_prejuges_atelle_une_fin_-100481.html

www.musicaeterna.fr/musique_classique


Article réalisé en mars 2009 par Laurent Spilliaert dans le cadre du projet Jeunes-journalistes.net.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :