Ecoles élitistes : les préjugés sont tenaces

23 Mar

« Tu viens de l’Athénée de Lauzelle ? Mais, c’est une école élitiste, ça ! » Incompréhension! Cette école est une école comme les autres ! Une école officielle de la Communauté française. Certains élèves habitent Louvain-la-Neuve, d’autres Ottignies, mais la plupart viennent des villages environnants. Leurs parents sont enseignants, éducateurs, entrepreneurs, chômeurs,  commerçants, artistes. Les élèves sont d’origine marocaine, algérienne, japonaise, colombienne, rwandaise, mais on n’y fait pas attention. Alors, pourquoi ce préjugé ?

A quoi juge-t-on une école élitiste ? En regardant les résultats des élèves qui sont sortis les années précédentes, on découvre qu’ils ont souvent choisi des orientations différentes : régendat, ingénieur, architecte, arts plastiques, droit, interprétariat, … Peu ou pas de métiers manuels, nous sommes dans l’enseignement général. Voilà une première différence objective. Il n’y a pas de filière technique, comme à l’Athénée à Ottignies. Il n’y a pas de filière professionnelles non plus. L’année dernière, une élève qui voulait faire la coiffure est partie à Court Saint-Étienne.

Options pour tous

L’athénée serait donc élitiste parce qu’il n’offre que quatre options : classique, latin-sciences, sciences ou langues ? Là aussi, pourtant, il y a des préjugés. La section langues serait plus facile que les autres, certains l’auraient choisie seulement par paresse ou parce qu’ils sont moins doués. C’est faux, évidemment. Dans cette option, certains ont de bien meilleurs résultats que d’autres en latin ! Le choix repose d’abord sur les matières qu’on aime et l’idée du métier qu’on voudrait faire un jour. Les capacités de chacun sont différentes. Elles se développent ou pas, aussi selon les professeurs. La qualité de l’enseignement est un élément essentiel, mais difficilement objectivable.

Choix subjectifs

Quand l’enseignement est bon, est-ce que ça veut dire que l’école est élitiste ? « Il est bien connu que l’enseignement est meilleur dans le privé ». Deuxième préjugé et autre différence car l’Athénée fait partie de l’enseignement public. Il n’est ni plus ni moins bon qu’ailleurs, même si le nouveau décret sur les inscriptions pousse les parents à vouloir inscrire leur enfant dans une école plutôt qu’une autre. C’est parfois un choix philosophique ou une question de proximité géographique mais c’est souvent totalement subjectif. La réputation de l’établissement repose beaucoup sur des rumeurs, des ouï-dire, l’avis du voisin, l’opinion des collègues,… Il est difficile de mesurer l’importance de cette réputation, de la corriger ou de la transformer. Il suffit parfois d’un professeur négligeant ou d’un élève violent. Un seul incident peut nuire durablement à l’image d’un établissement, et ce malgré toute la bonne volonté des enseignants et de la direction.

Des écoles élitistes ou des écoles dépotoirs ? Plutôt que d’écouter les ragots, il suffit de se dire que chaque école est différente pour celui qui la fréquente.


Sources :

« Vous nous écrivez » de Courrier des lecteurs – Le Ligueur 36 du 5/11/2008

« Décret mixité, qui a gagné ? » de Annaïg Tounquet et Denis Lambert – Le Ligueur 42 du 17/12/2008

Observations et enquête de proximité

Liste des élèves sortis de l’Athénée Paul Delvaux


Article réalisé en mars 2009 par Iris Andries dans le cadre du projet Jeunes-journalistes.net.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :