La musique… un délire ?

21 Mar

Velours, or, lustre de crystal, tapis feutrés, fauteuils moelleux, chef d’orchestre révérencieux, musiciens inspirés, vestes à queue- de-pie, baisemain,…  Un monde rigide!

Certains musiciens classiques ne suivent pas ces règles. Et donnent à ce monde d’apparence coincé un tout autre visage que ce soit dans la forme, le genre, la mise en scène ou le style. Ils brisent la glace…

Des archets soutenus par une percussion

« Apocalyptica » groupe de Métal classique est composé de violoncellistes et d’un batteur. Ils se font connaitre en 1996 en reprenant les morceaux du groupe « Métallica ». L’utilisation du violoncelle propose des effets variés grâce au mode de jeux en pizzicato et en harmonique. La construction musicale reprend celle du métal habituel avec sa partie rythmique assurée par la batterie et un violoncelle. Les chansons donnent une alternance de thèmes. On appelle ce style le classique déjanté.

« La Framboise frivole » est un duo de musiciens belges utilisant le piano et le violoncelle. Ils débutent leurs concerts de manière très classique et très conventionnelle. Mais ils s’en échappent rapidement pour rentrer dans un délire musical incluant des airs populaires, de variétés, de publicités,… Bref, toutes sortes de style qui emmène celui qui les écoute dans un tout autre monde. Ils complètent leurs spectacles avec des jongleries et pirouettes. Tout est exprimé avec humour et folie dans un jeu entre douceur et violence.

Ambiance de stade pour le classique

Au départ du Royal Albert Hall, les « Proms » , né en 1895, se sont développés à travers le monde et connaissent depuis quelques années un énorme succès. A l’origine, le public allait et venait pendant les concerts. Actuellement le public est debout ou assis dans les gradins et se manifeste par des chants, des cris ou des mouvements de drapeaux. Les airs joués vont de l’opéra au folk, du jazz au rock, dans une ambiance de stade de football.

La musique c’est l’amour, la haine, l’humour, la peine. Elle nous soutient à chaque instant de la vie. Si parfois, elle peut être solennelle et triste, elle peut éclater de fantaisie, d’originalité et de dérision. Elle ne porte pas toujours le col ou la cravate.


Sources :

http://www.mallemolen.be/

http://fr.wikipedia.org/wiki/The_Proms

http://fr.wikipedia.org/wiki/Apocalyptica


Article réalisé en mars 2009 par Judith Boucqueau dans le cadre du projet Jeunes-journalistes.net.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :