L’obésité : entre culture et préjugés

10 Mar

La plupart des gens pensent qu’une personne obèse est une personne qui manque de volonté, de courage, qui mange constamment et qui est incapable de se contrôler par elle-même. Vrai ou Faux ?

On parle d’obésité lorsque l’indice de masse corporelle c’est à dire le poids divisé par la taille, dépasse 30. Cela est dû à un manque d’effort physique de la part de certaines personnes, ce qui peut provoquer un surpoids. Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, l’obésité toucherait environ 30 millions d’Européens, soit presqu’un Européen sur cinq. L’obésité est maintenant considérée comme une maladie et doit être régulièrement suivie par un médecin pour améliorer la santé générale. Cependant dans certaines cultures, l’obésité est considérée comme une forme de bonne santé et permet d’assurer une fertilité.

Les atteintes qui suivent peuvent être nombreuses et sont d’ordre physique, psychologique ou social.  De nombreux facteurs peuvent favoriser l’obésité ou du moins la prise de poids : l’hérédité, la culture alimentaire, la sédentarité, arrêt du tabac, des phénomènes hormonaux (notamment chez les jeunes et les femmes),…
En Europe, les habitants valorisent une image de la femme mince, menue, frêle, mais cela varie d’une époque à l’autre.  Toutes les cultures n’ont donc pas la même opinion de l’obésité et, dans les cultures occidentales, les fortes corpulences ont été, en d’autres temps, plus valorisées qu’elles ne le sont aujourd’hui. Néanmoins, la société entretient de nombreux préjugés, souvent faux, envers les personnes obèses.  Il existe cinq stéréotypes liés à l’obésité auxquels plusieurs personnes croient et qui contribuent à renforcer ces préjugés.

Les obèses, de gros mangeurs ?

Cette idée est fausse : ce n’est pas parce que les personnes sont grosses qu’elles mangent forcément plus.  En effet, des études ont révélé que les gens obèses mangent la même chose que les autres, si pas moins.

Obésité = sensibilité ?

L’évolution de la personnalité est semblable chez les gens obèses et non-obèses, même si les personnes avec un poids plus important doivent subir une pression sociale plus intense que les autres.

L’obésité associée à une hausse des risques de maladie ou de mort

On a souvent tendance à dire que les personnes obèses ont un risque de mortalité plus élevé que les personnes non-obèses. On y associe souvent de nombreuses maladies qui peuvent être mortelles (diabète, cardiaque).
Néanmoins, il a été démontré que le plus haut taux de mortalité se trouvait chez les femmes avec un poids inférieur à la moyenne. Ce ne serait pas nécessairement l’excès de poids qui serait à l’origine de maladies cardiaques, mais plutôt la perte et le regain de poids constant.

A long terme, les diètes sont-ils efficaces ?

Contrairement à ce que l’on peut croire, les diètes ne sont pas efficaces même à long terme.

Les personnes obèses, paresseuses et peu intelligentes ?

Une étude menée en Allemagne sur des adolescents de 10 à 15 ans a révélé que ces jeunes pensent que les personnes obèses sont paresseuses, peu intelligentes et fainéantes du seul fait de leur surpoids. Les jeunes ayant pris part à cette étude se sont vu présenter six photos, représentant un garçon et une fille de poids « normal », un garçon et une fille de poids « normal » en fauteuil roulant, et un garçon et une fille obèses.  Parmi ces six enfants photographiés, les jeunes devaient dire, entre autres, qui leur semblait le (ou la) plus intelligent, le (ou la) plus beau, le (la) plus paresseux. Le garçon ou la fille obèse ont été désignés comme les plus paresseux par 95% des jeunes.  Les deux tiers des jeunes ont désigné le garçon en surpoids comme le moins intelligent.  Près de 70% ont indiqué que ce même garçon obèse était le moins beau.

Ces préjugés ont comme conséquence de pousser les personnes obèses à s’isoler. L’obésité demeurant un sujet tabou, même de nos jours, les personnes obèses ne se sentent pas toujours à l’aise pour parler de leurs problèmes de poids et des conséquences que ceux-ci amènent.

Les pressions sociales qui s’exercent sur elles sont également énormes. Ces pressions sont souvent entretenues par les standards de beauté, où la minceur est une priorité et sont surtout alimentées par la publicité, la mode et la télévision. Mieux informer les jeunes semblerait être une des solutions pour que les personnes obèses soient mieux acceptées dans notre société.  En effet, des chercheurs de l’Université de Marburg ont testé sur 130 étudiants un module informatique de formation. Ils ont ainsi pu démontrer une diminution de l’attitude de dévalorisation du surpoids.


Sources :

http://gros.org

http://www.pulpeclub.com

http://alacuisine.net/


Article réalisé en mars 2009 par Marie Devlésaver et Stéphanie De Leeuw dans le cadre du projet Jeunes-journalistes.net.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :