Devant la folie des hommes : les enfants deviennent soldats!

7 Mar

Les guerres font de plus en plus de victimes parmi les civils, et en particulier les enfants. Actuellement, lorsqu’une guerre éclate, tous les moyens sont bons pour remporter une victoire militaire. Ainsi, en Afghanistan, plus le conflit se prolonge, plus le risque d’utilisation d’enfants soldats est grand car il faut remplacer les soldats adultes tués au combat.

Itinéraire d’enfants non gâtés

Le recrutement de l’enfant comme soldat se fait par conscription ou par enlèvement. Des enfants se présentent également d’eux-mêmes au service militaire. Mais il serait erroné de croire qu’il s’agit d’un enrôlement volontaire. Plusieurs motifs peuvent amener les jeunes à opter pour un tel choix: pressions culturelles, sociales, économiques ou politiques. Il y a bien sûr la pauvreté extrême qui va favoriser le phénomène «enfants soldats». Certains enfants, qui sont devenus orphelins, n’ont souvent pas d’autres alternatives que de rejoindre l’armée ou des mouvements rebelles : ils y trouvent parfois une «famille» de substitution mais surtout un moyen de survie. D’autres prennent les armes pour venger la mort des proches.

On recrute les enfants à l’âge de 10 ans et à l’adolescence. La légèreté des armes actuelles et leur maniement aisé permet de recruter et de donner des armes aux jeunes. Les plus jeunes commencent comme porteur de matériel (eau, vivres, minutions, équipements) ou comme éclaireurs, messagers ou espions. Très vite pourtant, ils se trouveront sur la ligne de front. Le phénomène «enfants soldats» n’épargne pas les filles, utilisées comme cuisinières, concubines ou esclaves sexuelles, elles ne sont pas pour autant certaines de ne pas prendre part au combat. En tant que «soldats», les enfants perdent évidemment la protection que leur accorde le droit humanitaire comme membre de la société civile.

L’UNICEF s’engage à sauver des enfants soldats d’Afghanistan

Selon une enquête entreprise en 2003 par l’UNICEF et ses partenaires, il y aurait environ 8000 ex-enfants soldats en Afghanistan. Beaucoup d’entre eux ont quitté volontairement les forces armées, mais ils ont encore besoin d’aide et de soutien pour réintégrer la vie civile. Certains se sont battus avec des armes, mais la plupart d’entre eux ont servi comme personnel non combattant (cuisiniers, porteurs, gardes, messagers). Ils ont quelquefois été exposés à la violence ou sont témoins de scènes traumatisantes. Ils n’ont que 16$ par mois pour un uniforme, une paire de chaussures et de la nourriture. Or, le salaire actuel des travailleurs non qualifiés est de 100$.

L’éducation à la paix doit occuper une place importante dans les programmes scolaires. L’UNICEF propose à ces ex-enfants soldats des activités de reconstruction qui sont orientées vers la réconciliation, une réhabilitation avec les soins appropriés : traiter les maladies et organiser des rendez- vous avec les psychologues. UNICEF veille également à réinsérer et réintégrer ces enfants dans leur famille et dans certaines écoles. Les adolescents y recevront des formations en artisanat et suivront un apprentissage professionnel. L’apprentissage professionnel sera associé à des travaux de mini-gestion et de micro-crédit afin de permettre aux jeunes de mieux s’intégrer dans la société et de mieux gagner leur vie. La convention des Nations Unies relative aux droits de l’enfant et son Article 38 interdit l’enrôlement des jeunes de moins de 18 ans à la participation des conflits.

Le recrutement d’enfants comme soldats est encore fort présent en Afghanistan. Ces enfants sont pris par enlèvement ou par conscription mais d’autres viennent volontairement pour venger leurs proches. Quelques uns ont réussi à sortir de l’enrôlement militaire mais ont du mal à se réintégrer à la société. L’UNICEF leur propose des activités orientées vers la réconciliation pour qu’ils entreprennent mieux leur vie future.


Sources :

Roger Lemoyne pg 4, Cyril Le Tourneur pg 11,12/Brochure L’UNICEF 2008/

http://www.unicef.org/french/infobycountry/afghanistan_23051.html, consulté:1/11/09

http://www.childsrights.org/vbulletin/archive/index.php/t_43.html, consulté: 1/11/09


Article réalisé en novembre 2009 par Tatyana Tsiambanilaza dans le cadre du projet Jeunes-journalistes.net.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :