Les jeunes et la drogue

2 Mar

De plus en plus de jeunes l’ont goûtée, de plus en plus de jeunes l’ont aimée, de plus en plus de jeunes l’ont adoptée.

En cette période anniversaire de la Convention Universelle des Droits de l’Enfant, le jeune, ses droits, ses devoirs, ses problèmes, sont au cœur des discussions.

La drogue est un fléau de plus en plus  grande envergure.

En effet, en 2007, 26% des jeunes entre 12 et 17 ans avouent avoir déjà consommé du cannabis selon le Centre de Recherche et d’Information des Organisations de consommateurs. Dans cette même tranche d’âge, on peut se réjouir du fait que la consommation de drogues dures demeurent très marginale.

Un toxicomane le devient petit-à-petit, sans avoir eu le temps de dire ouf ! Et il est difficile de s’en sortir. Pas impossible non plus : « il est possible de s’en sortir même si le chemin est long et que seul on n’y arrive pas. ».

Charlotte, 29 ans ex-toxicomane

Sur le site internet de Conseils Aide et Action contre la Toxicomanie (www.caat.online.fr), on peut découvrir le témoignage de Charlotte, 29 ans, ex-toxicomane. «A l’âge de 7 ans je commence à fumer des cigarettes, suivies à 11 ans par des joints et à 13 ans je me mets à sniffer de l’héroïne et goûte aux ecstasys, L.S.D. et coke plus quelques médicaments. Une année plus tard je passe à la seringue ». Elle se rend compte seulement maintenant du tort qu’elle s’est fait,  à elle et à sa famille, tout cela pour assouvir son besoin de sensations d’adolescente mal dans sa peau.  « Si j’ai pris tout ça, c’était parce que ça me plaisait. Je ne me rendais pas compte où je mettais les pieds. ».

Rares sont les « happy end »  dans des histoires où l’on joue avec la justice, la confiance des proches, mais surtout sa vie et son avenir. Charlotte en fit l’expérience. Après de nombreuses aventures malheureuses, «ma mère ne me voulait plus et hors de question que j’aille chez mon père. La prison pour mineurs me pendait au nez. (Peu de temps après), j’ai passé mon premier Noël en prison pour mineurs. J’y ferais plusieurs séjours par la suite ». Après ces quelques péripéties judiciaires, dont un passage en hôpital psychiatrique, Charlotte passa une fois de plus devant le juge de la jeunesse. «  J’en suis sortie deux semaines après. Aucune raison de me garder vu que je n’avais pas assez consommé pour avoir le manque. J’avais 17 ans et le juge de paix de la ville me laissa sortir en tant que SDF. Vous vous rendez compte : une mineure à la rue ! ».

Certes, Charlotte a sa part de responsabilités dans son histoire, mais dans le monde de plus en plus laxiste dans lequel on vit, tout le monde doit se remettre en question pour aider l’individu à s’intégrer en harmonie dans la société. Car même à nos ennemis nous ne souhaiterions pas une histoire comme celle de Charlotte.


Sources :

Témoignage de Charlotte (nom d’emprunt) sur le site http://www.caat.online.fr/faq/temoi_usager1.htm, consulté le 12 novembre 2009

CRIOC, « Jeunes et drogues », novembre 2008, téléchargeable sur http://www.oivo-crioc.org/files/fr/3987fr.pdf, consulté le 12 novembre 2009.


Article réalisé en novembre 2009 par Grégoire Moreau dans le cadre du projet Jeunes-journalistes.net.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :