L’adoption est un long parcours du combattant !

2 Mar

Des milliers de parents désirent adopter et des milliers d’enfants n’ont pas de foyer.

Le parcours que peut prendre une adoption est souvent très long et très coûteux (de 3000 euros à 30 000 euros) et peut parfois même ne jamais aboutir. Il faut donc savoir plusieurs choses avant de prendre la décision d’adopter un enfant…

L’adoption nationale ou internationale ?

Pour adopter, il y a tout d’abord un choix à faire, c’est-à-dire une adoption nationale ou internationale. Il est vrai qu’une adoption nationale éviterait certains regards ou propos qui pourraient être désobligeants voire racistes ou bien que les parents sentent simplement qu’une relation avec un enfant de couleur ne serait pas naturelle. Ce choix n’est pas si facile, il faut en effet beaucoup de conditions telles que avoir une situation stable financièrement et personnellement… C’est pourquoi de nombreux parents se tournent vers l’adoption internationale.

Celle-ci était autrefois considérée comme « animée par un sentiment humaniste » mais maintenant elle est surtout une deuxième alternative pour ceux qui n’auraient pas eu de chance au niveau d’une adoption nationale . Mais le passé que l’enfant a enduré dans un autre pays est parfois dur à surmonter.

Adoption plénière ou simple?

Il y a deux types d’adoption: l’adoption plénière ou simple.

L’adoption plénière est l’adoption la plus complète. L’enfant perd tous liens avec son ancienne famille, l’état civil est modifié, seul persiste la date et le lieu de naissance. Le patronyme est celui des adoptants et le prénom est celui qu’ils auront choisi.

L’adoption simple ne rompt pas les liens entre l’enfant et sa famille de naissance. Il continue de porter son patronyme d’origine mais celui des adoptants s’y ajoute. Ce type d’adoption est prévu pour les enfants pour qui le maintient des relations avec sa famille d’origine est non-souhaitable. C’est aux parents adoptifs de trouver quelle place donner aux parents d’origine dans la vie de leur nouvel enfant .

Première rencontre avec l’enfant

Concernant la première rencontre, plusieurs situations peuvent se présenter: s’il s’agit d’un étranger arrivant à l’aéroport, les parents adoptifs l’emmènent en général sans attendre. Sinon, il est important que les rapprochements soient progressifs. Il est vrai que des échanges de lettres et de photos ou dessins auront déjà permis un rapprochement, surtout avec les plus âgés. Il faudra cependant du temps pour que l’enfant s’habitue à sa nouvelle vie, il ne faudra donc pas trop le brusquer et y aller petit à petit.

Enfants dit «  à particularités »

Certaines caractéristiques de l’enfant peuvent fortement les défavoriser: l’enfant dit « âgé » (à partir de 3 ans), les fratries, les enfants handicapés, les enfants séropositifs,… pourtant ces enfants devraient eux aussi pouvoir avoir une famille qui les aime et une maison bien à eux. Hélas, souvent ces enfants-là restent dans des pensionnats jusqu’à leurs 18 ans .

Il ne faut donc pas croire que l’on peut adopter un enfant si facilement, il faut beaucoup de patience et d’argent pour adopter.


Sources :

HENCKES-RONSSET, « L’adoption en question », s/ coll Ed Feuilles Familiales , 1991

http://www.adoption.gouv.fr/, Consulté le 2/02/2010

ROUQUES D., « L’adoption » , Bibliothèque de la famille, Paris , Ed Albin Michel, 2008


Article réalisé en février 2010 par Alice De Leeuw dans le cadre du projet Jeunes-journalistes.net.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :