Kafala, dur dur d’être parents !

2 Mar

Le Maroc fait parti des pays du Maghreb qui applique une tutelle comme mode d’adoption, appelée la Kafala. Cela signifie que les parents qui accueillent des enfants ne sont pas considérés comme parents à part entière.

La Kafala

La Kafala veut tout simplement dire que l’on prend en charge un enfant. Ce n’est pas une adoption mais plutôt une sorte de tutelle. Ce qui veut dire, accueillir un enfant pour l’éduquer jusqu’à ses 18 ans ou jusqu’au mariage pour les filles.

Les démarches de la Kafala

Au Maroc, c’est le procureur du roi qui a comme rôle de veiller à la prise en charge des enfants abandonnés. Il doit faire une enquête et  faire une demande d’abandon. Cependant, si c’est un nouveau né de parents inconnus le procureur doit déclarer la naissance. Ensuite on lui choisi un nom et prénom. Lorsque le jugement est prononcé, l’enfant peut être confié à une famille d’accueil.

Les conséquences

Au Maroc, la Kafala ne garanti pas à l’enfant confié à des tuteurs le droit de porter le nom de ces derniers ni le droit à l’héritage comme c’est le cas pour un enfant de simple adoption. Les parents adoptifs peuvent lui léguer au maximum 1/3 de leur richesse en cas de décès, conformément à la loi religieuse.
Le risque que les tuteurs des enfants adoptés par la Kafala se désengagent pour diverses raisons (conflits, maladie,…) n’est pas impossible.

Au niveau international, la Kafala pause problème aux parents qui ont adopté au Maroc car ils ne peuvent pas ramener l’enfant dans leur pays de résidence. Comme le cas de la marraine d’une jeune marocaine prénommée Fayçal. Sa marraine a essayé de l’emmener chez elle, en Allemagne. « Nous avons obtenu le jugement de la Kafala, mais nous avons des problèmes de visa. L’Allemagne demande que le petit porte le nom de la mère adoptive » raconte la sœur de la marraine.

PARAENAM

L’association PARAENAM (Parents adoptifs d’enfants nés en Algérie et au Maroc) a comme but d’améliorer la vie des enfants nés et abandonnés en Algérie et au Maroc. Mais également d’aider dans leurs démarche les familles qui ont accueilli des enfants de ces pays. PARAENAM souhaite combattre pour que le droit des enfants dont celui de grandir dans une famille soit respecté dans tous les pays.

Sur le terrain, les actions de PARAENAM sont de s’informer en dialoguant avec des musulmans qui connaissent la loi religieuse, d’informer les parents concernés par la Kafala et d’établir des contacts avec des responsables politiques afin d’harmoniser la Kafala avec les lois d’adoption en Europe. Ainsi des rencontres ont été organisées avec l’Imam de la mosquée de Paris et des responsables politiques français et maghrébins. Ils ont également réalisé un film pour informer les tuteurs.

Aujourd’hui, il y a beaucoup d’enfants dans les orphelinats marocains qui attendent d’être confié à des tuteurs ou des parents qui aimeraient accueillir ces enfants. Mais un problème demeure car le Maroc ne veut pas enfreindre la loi religieuse et l’Europe veut respecter les règles d’adoption nationale. Rien ne bouge et c’est l’intérêt des enfants qui est sacrifié.


Sources :

Espace-Citoyen.net, « L’adoption dans les pays du Maghreb », paru sur le site Internet www.espace-citoyen.be, Belgique, consulté le 24 janvier 2010.

PARAENAM, « Les démarches de la Kafala au Maroc », paru sur le site Internet www.paraenam.org, France, consulté le 24 janvier 2010.

Nadia Lamlili, « Société. Chaotique kafala », paru sur le site Internet www.telquel-online.com
Maroc, consulté le 7 février 2010.

Nations Unies, « L’enseignement des droits de l’homme » (article 21: L’adoption), 2004, p.121-122


Article réalisé en février 2010 par Moustarhim Kawtar dans le cadre du projet Jeunes-journalistes.net.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :